Ski freestyle - CM - Ambiance confinée en Autriche, où la crème mondiale du freeski prépare le début de saison

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

L'élite mondiale du freeski se prépare au début de la saison de Coupe du monde (20 et 21 novembre) dans le snowpark de Stubai, en Autriche. Ambiance confinement et station déserte, Tess Ledeux et Antoine Adelisse racontent.

Skier dans une station vide, un snowpark rien que pour soi. Le rêve de tout rider ? C'est en tout cas ce que vivent Antoine Adelisse et Tess Ledeux, phénomènes de l'équipe de France de freeski, en Autriche. Avant le début de la première Coupe du monde de slopestyle (20 et 21 novembre) à Stubai, les meilleurs freeskieurs de la planète ont profité d'un camp de deux semaines dans la station autrichienne... fermée au public.

Parmi cette petite centaine de skieurs et snowboardeurs, on retrouve le Suédois Henrik Harlaut, skieur le plus médaillé des X Games, l'Autrichienne championne olympique Anna Gasser ou encore le Norvégien Oystein Braaten, champion olympique. Et aussi deux Français, tous deux de La Plagne : Antoine Adelisse (vainqueur des X Games d'Oslo l'an dernier en big air et d'une Coupe du monde) et Tess Ledeux (double championne du monde et vainqueure des X Games d'Aspen en janvier).

lire aussi
Adelisse, les X Games : « le meilleur week-end de ma vie »

Pas de remontées mécaniques en dehors d'une seule navette le matin pour rejoindre le glacier et le fameux snowpark, une autre le soir. Pas question de la louper, sinon la journée de ski est perdue, ou d'oublier son pique-nique pour le midi. « C'est étrange de voir les pistes à l'arrêt, sauf dans ce tout petit coin de glacier, confirme Greg Guenet. Mais pour nous, ce sont de très bonnes conditions pour s'entraîner, avec le beau temps en plus. »

« C'est une ambiance assez dingue, raconte Ledeux. On arrive à la station, on voit personne, on passe derrière une montagne et on voit le snowpark. Le glacier est totalement vide, comme s'il y avait un endroit paradisiaque pour nous au milieu du désert. Tout le monde se motive, il y a du très haut niveau. »

lire aussi
Ledeux de retour sur les skis, 7 mois après

La station étant fermée, chacun rentre chez soi après la journée de ski ou snowboard. Les Bleus, avec leur coach Greg Guenet, ont pris un Airbnb ensemble. « C'est cool d'être ensemble, même si tout est fermé. On est un peu dans la découverte de comment la première Coupe du monde va se dérouler, explique Adelisse. On a fait des tests (PCR) 72h avant la course, mais on a cette pression de se dire qu'on peut l'attraper (le virus) n'importe où. Il y a quand même un petit doute, tu as l'impression qu'il faut faire gaffe à tout. Je ne psychote pas trop moi, mais pendant les entraînements à Stubai, j'ai senti une pression générale des athlètes. Une ambiance vraiment différente que d'habitude... Un peu de pression, de stress. Ça me perturbe un peu, mais je me suis bien entraîné. Je me sens bien, en pleine forme. »

Les premiers entraînements pour la Coupe du monde ont débuté ce mercredi, avant les qualifications vendredi et la finale, samedi.