Ski freestyle - CM - Perrine Laffont : « Je fais peut-être la meilleure saison de ma vie »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Troisième lors de l'étape de Coupe du monde au Kazakhstan dimanche, la championne olympique de 21 ans Perrine Laffont revient sur cette journée où elle a décroché son troisième globe de cristal. « Vous venez de gagner votre troisième globe de cristal d'affilée, vous réalisez ?
Sur le moment quand on me l'a dit, j'étais trop heureuse (ses coaches crient derrière elle au téléphone « tu as pleuré »). Ça va, oui j'ai pleuré quand on me l'a dit (rires). C'est fou, mais ça fait bizarre car je ne l'ai pas encore, je dois attendre les dernières étapes. C'est marrant parce que c'est une saison où je ne me prends pas la tête et au final, je fais peut-être la meilleure saison de ma vie. En plus, c'est une course où je suis allée la chercher loin car j'ai eu des entraînements pas faciles et après, je me mets une bonne boîte en demi-finales, je perds un ski et un bâton. Un gros crash. Mais j'arrive à refaire un run (en petite finale) pour attraper cette troisième place. C'est incroyable. Ce troisième globe est particulier ?
Oui, chaque globe a son histoire. Le premier, ça s'est joué sur la dernière course. Le deuxième, je le gagne deux courses avant la fin et là, trois courses avant la fin. C'est fou. Cette étape, vous l'abordiez comme les autres ?
Oui, en plus, j'arrivais du Japon en confiance (victorieuse à Tazawako). Mais en même temps, on arrivait sur une piste compliquée donc c'est comme si j'avais perdu toute cette confiance. Je n'aime pas cette piste, c'était de la neige très glacée et ça devenait presque dangereux pour nous. Quand vous vous êtes lancée ce (dimanche) matin, vous aviez en tête que remporter le globe était possible, même sans gagner ?
Je n'avais pas fait les calculs de points, mais ça ne dépendait pas que de moi. Avec Ludo (Ludovic Didier, son coach), on ne l'a pas évoqué du tout. Le globe, c'était pas la priorité. Il fallait d'abord que je pose mes runs. Il me l'a annoncé qu'après la course. Comment vous voyez la suite de la saison ?
Je vais être détendue. La semaine prochaine, on est en Russie (7-8 mars, à Krasnoyarsk). C'est une piste que je ne connais pas. Je pense que ça ne va pas être une piste facile, on verra comment ça se passe. Et j'ai plutôt hâte de la Suède (13-15 mars, à Idre Fjall) car toute ma famille sera là. Perrine Laffont «Le globe, ce n'était pas la priorité » Vous avez hâte de la fin de saison ?
Non, je suis bien. J'ai trouvé qu'elle est passée assez vite en fait. Ça vous donne envie de garder cet état d'esprit, sans pression, pour les prochaines saisons ?
Là, on a vraiment trouvé quelque chose mentalement. Je sais que je vais l'appliquer lors des prochaines saisons. Sachant qu'en plus, je peux encore progresser techniquement et physiquement. Maintenant que le globe est assuré, le gros globe de cristal, vous y pensez ?
Vous venez de m'y faire penser, donc oui (rires). Tout le monde m'en parle. Mais il reste encore trois courses et ça ne dépend pas que de moi. On verra, je n'ai pas envie d'y penser encore. » Didier : « Elle a écrasé la discipline toute la saison » Ludovic Didier, son entraîneur : « Je suis très fier d'elle. Elle fait une saison incroyable. On a changé beaucoup de choses dans sa préparation, son approche de la course et de l'entraînement, on s'est remis en question et ça marche encore. On ne se rend pas forcément compte, il va falloir prendre du recul. Je suis vraiment fier du staff, on a tous travaillé très dur ensemble. Perrine a écrasé la discipline toute la saison. Quand je lui ai annoncé qu'elle avait gagné la Coupe du monde, c'était un grand moment d'émotion et de partage entre nous, qui va nous lier aussi. Et puis ça va lui enlever de la pression. Elle skiera, je pense, deux fois mieux encore sur les courses restantes de la saison. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi