Ski freestyle - Mondiaux - Kevin Rolland, « fier d'être en finale » des Mondiaux malgré une journée galère

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Vice-champion du monde en 2019, Kevin Rolland est « fier » de sa qualification en finale des Mondiaux d'Aspen pour sa première compétition depuis son accident où il a failli mourir. Le Français de 31 ans a « bien galéré » ce mercredi avec une grosse chute sur son deuxième run, mais vise toujours le podium mondial. Au moment de pousser sur les bâtons au départ, avant de retrouver l'adrénaline du pipe, Kevin Rolland a eu un « petit coup de nostalgie ».« J'étais très stressé mais j'ai eu un petit flash : j'étais heureux, sourit le Français, vice-champion du monde en 2019. Très concentré et heureux. À me dire "wow, c'était pas sûr que je sois de retour ici un jour, rappelle toi où tu étais il y a deux ans", ça me permet de prendre du plaisir, c'est sûr. » lire aussi Kevin Rolland : « Croire en ma bonne étoile » Pour son retour à la compétition depuis son accident en avril 2019 où il a frôlé la mort, Rolland a assuré sa présence en finale des Mondiaux d'Aspen, aux États-Unis, grâce à sa 8e place des qualifications (le top 10 est qualifié). « Je suis très heureux, soulagé aussi, explique-t-il juste après sa course. C'est toujours le sentiment après une qualification mais d'autant plus celle-là car ça fait longtemps que je l'attends. » Kevin Rolland « Il va falloir faire un vrai run pour essayer d'aller chercher une médaille et ça, c'est une autre histoire » D'autant plus que ces derniers jours ont été « compliqués » pour le rider. À l'entraînement cette semaine, il n'a pas réussi pas à plaquer un seul run. Et ce mercredi, 20 centimètres de neige ont recouvert le pipe, rendant la structure « très lente », l'empêchant d'avoir assez d'amplitude pour faire les sauts prévus. « J'ai pas donné le meilleur de moi-même, c'était pas du grand ski comme j'ai l'habitude de faire, affirme le nonuple médaillé des X Games. Je suis fier d'être en finale mais pas de ce que j'ai fait. Il a fallu croiser un peu les doigts jusqu'à la fin. Maintenant, mon objectif, c'est d'être fier de ce que je ferai en finale. » Un gros crash Rolland a plaqué son premier run (77,25 points), « à 60 % de (s)es capacités », « pas du tout extraordinaire et plein de petites fautes », selon ses mots. Suffisant pour passer en finale, mais pas pour jouer le haut du tableau. Au deuxième, le Tricolore a goûté brutalement au coping (le bord de la structure). « J'ai essayé de prendre de l'amplitude, de lâcher les chevaux, raconte-t-il. Je suis tombé un peu à plat dos. Tout va bien, pas de blessure si ce n'est le doigt, le dos, mais rien de grave. Je pense que depuis mon accident, je n'ai pas rechuté comme ça. Ça réveille. Mais d'un côté, ça me fait prendre en confiance : mon corps peut encaisser des crashs. » lire aussi La reconstruction de Rolland en 10 dates Après une journée de repos, Rolland retrouvera vendredi les 9 autres meilleurs spécialistes du halfpipe en finale (21h, heure française). « J'ai rempli une partie du contrat, poursuit le skieur bleu. Maintenant, je vais plus me mettre la pression sur les sauts que je dois faire que sur la compétition en elle-même. Il va falloir faire un vrai run pour essayer d'aller chercher une médaille et ça, c'est une autre histoire. Je sais que ça va être dur mais j'ai quand même mes chances. » Kevin Rolland poursuit ainsi sa quête de cinquième médaille mondiale après l'or en 2009, l'argent en 2011 et 2019, le bronze en 2017.