Ski freestyle - La reconstruction de Kevin Rolland, de son grave accident à son retour à la compétition en 10 dates

L'Equipe.fr
·5 min de lecture

La carrière du vice-champion du monde 2019 de halfpipe aurait pu se terminer en mai 2019. Après avoir frôlé la mort, Kevin Rolland (31 ans) s'est rapidement donné un objectif : retrouver les podiums. Retour sur la reconstruction du nonuple médaillé des X Games en 10 dates, jusqu'à ce mercredi, aux Mondiaux d'Aspen. 30 avril 2019 : il frôle la mort dans un accident En mai 2019, trois mois après sa médaille d'argent aux Mondiaux, Kevin Rolland s'attaque à un projet de longue date : battre le record du monde du saut le plus haut depuis un quater pipe (un tremplin en forme de quart de tube). Il cherchait ainsi à dépasser l'envolée de la légende américaine Simon Dumont, datant de 2008 : 10,8 mètres. Mais ce mardi 30 avril, le pire arrive : le Français chute. « Après être monté à douze mètres, je retombe sur le "coping" (haut du mur) mais j'atterris à côté de l'air bag, à moitié sur le dos et sur la tête », se remémore-t-il. Bassin fracturé, poumons, côtes et pancréas sévèrement amochés. Héliporté à l'hôpital de Grenoble, il est alors dans « un état grave », dans le coma. lire aussi Rolland : « Croire en ma bonne étoile » 9 mai 2019 : toujours hospitalisé, il devient papa Toujours hospitalisé, après notamment une opération au bassin, Kevin Rolland va passer plus d'un mois alité. Le 9 mai, sa compagne Roma donne naissance à leur fils, Rio. Rolland ne le verra que quelques jours plus tard, toujours dans son lit d'hôpital. « Ça aurait dû être une période plus compliquée, j'étais alité, je ne savais pas si j'allais pouvoir reskier, ce que je redoutais le plus, confiait Rolland quelques mois plus tard. Mais ça a été deux semaines où j'ai été le plus heureux de ma vie. J'ai guéri rapidement, j'étais plein de motivation pour pouvoir m'occuper de mon fils comme il se doit ».

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Juillet 2019 : il lâche les béquilles et veut retrouver la compétition Ce jour de juillet, Kevin Rolland accorde à L'Equipe sa première interview pour revenir sur son accident et le début de sa reconstruction. « Je prends ça comme une seconde vie », confie-t-il. Sur les rives du lac d'Annecy, il apparaît souriant, positif, sur ses deux jambes et sans béquilles. Le rider annonce déjà qu'il veut retrouver le plaisir de la glisse et « dans un monde idéal », les JO 2022. Septembre 2019 : retour sur les skis Après une longue rééducation et réathlétisation rythmée par du kiné, de la balnéo, de la musculation ou encore de la proprioception, Rolland a retrouvé en septembre ses spatules « vraiment juste pour prendre l'air et glisser, pour le mental » chez lui, à La Plagne. Un moment qu'il a vécu comme « une prise de conscience ». « Il y a cinq moins, j'étais entre la vie et la mort, on me disait que je ne reskierais peut-être pas un jour, et là je suis en train de skier. Ça m'avait vraiment manqué », nous dit-il alors. Janvier 2020 : pas de compétition mais une websérie Début 2020, Rolland reprend peu à peu le ski freestyle, moins d'un an après son accident. S'il a décidé de faire une croix sur les compétitions pour retrouver la forme et le haut niveau, son hiver n'est pas moins productif : avec sa websérie « One minute please », il enchaîne les tournages à La Plagne, au Japon, dans la poudreuse comme dans une piste de bobsleigh.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Mars 2020 : premier retour dans un pipe Enfin, il retrouve « sa maison ». Son « premier vrai retour, premier entraînement » a lieu à Crans Montana, où les freeskieurs bleus ont leurs habitudes. Deux heures seulement, qui ont « rassuré » le Français. Rolland y retrouve des sensations et ses tricks, comme sa spécialité, les double cork (quand le rider passe deux fois la tête en bas) et même des nouveaux. Il a même impressionné son coach de toujours, Greg Guenet. « Il m'a surpris car il n'a pas arrêté, il s'est beaucoup entraîné, explique Guenet. Je pensais que ce serait un peu plus tranquille, car il n'a pas encore la forme qu'il avait avant son accident. Dans sa détermination et sa manière d'aborder les choses, c'est sûr qu'il est au top. » Octobre 2020 : premier « vrai stage d'entraînement » En compagnie de la crème du freeski, Rolland réalise son premier vrai stage d'entraînement en Suisse, à Saas Fee. « Je me rends compte que la mémoire musculaire est toujours là, appréciait-il. Ce n'est pas parti avec le temps ». Il lui manque alors encore quelques jours de ski pour se sentir prêt pour le haut niveau. Janvier 2021 : « prêt » à reprendre la compétition Après un hiver loin des dossards mais sur les skis et des mois d'entraînement surtout en Suisse, Kevin Rolland se sent prêt pour son retour, comme il l'avait annoncé. Il vise les Mondiaux d'Aspen, en mars. « J'avoue que je ne m'attendais pas à réattaquer par la plus grosses des compétitions au monde, mais je trouve qu'il y a aussi quelque chose de sympa là-dedans, on y retourne et on est direct dans le grand bain », sourit le Bleu de 31 ans.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

29-31 janvier 2021 : les X Games depuis son canapé Avec ses 9 médailles dont 5 titres, Kevin Rolland est un habitué des Winter X Games. Mais il n'a pas été invité cette année. Un coup dur pour le rider, contraint d'assister à cet événement emblématique du milieu chez lui, mais qui l'a encore plus motivé pour la prochaine échéance, les Mondiaux. « C'est sûr que ça met un coup à l'ego, qui fait du bien d'un côté, avouait le Français juste avant de s'envoler pour les États-Unis. La première chose qui m'est venue à l'esprit après ça, c'est '' rendez-vous aux Mondiaux ''. C'est resté dans ma tête depuis. » Mars 2021 : les Mondiaux à Aspen Ce mercredi (18h30, heure française), lors des qualifications du halfpipe des Mondiaux, Kevin Rolland va enfin poser des mots sur ses interrogations : sera-t-il performant ? Réussira-t-il à se qualifier pour la finale, vendredi ? Titré en 2009, argenté en 2011 et 2019, bronzé en 2017, il vise le podium cette année.