Comment les skippeurs de la Route du Rhum s'occupent-ils en attendant le départ, mercredi ?

Thomas Coville, le skippeur de Sodebo Ultim 3, patiente dans son hôtel de Saint-Malo jusqu'au départ, mercredi. (B. Le Bars/L'Équipe)

Contraints de rester à quai jusqu'à mercredi après le report du départ, les skippeurs de la Route du Rhum et leurs équipes s'adaptent et s'occupent, chacun à leur manière.

Privés du grand départ par les conditions météo dantesques attendues au large de la Bretagne ce lundi, la plupart des skippeurs ont profité de ce report, samedi et dimanche, pour partager du temps avec les invités de leurs partenaires et pour rencontrer le public, encore nombreux dans un village qui a fermé ses portes dimanche soir. Les équipes, elles, s'affairaient à régler les soucis logistiques engendrés par ce décalage dans le temps, entre séjour à prolonger en Bretagne dans des hôtels parfois réservés par des touristes et vols pour la Guadeloupe à modifier.

Comme les autres Ultims, hormis Use it Again ! retourné dans le bassin Vauban, SVR-Lazartigue et Maxi Banque Populaire XI sont au mouillage depuis leur passage de l'écluse du port de Saint-Malo, vendredi après-midi. François Gabart et Armel Le Cléac'h en ont donc profité pour se dégourdir les foils et effectuer une courte navigation de chauffe. « On teste l'ensemble du bateau une dernière fois avec des configurations de voile différentes, expliquait le skippeur de Banque-Populaire durant sa sortie, samedi. On vérifie que tout fonctionne car ça fait dix jours qu'on n'a pas navigué, c'est bien de faire une petite piqûre de rappel. »

François Gabart a de son côté testé la nouvelle dérive de son bateau et a accueilli à bord de son trimaran l'astronaute Thomas Pesquet et le navigateur Alex Thomson, qui a mis sa carrière de skippeur entre parenthèses.

Sodebo Ultim 3 est lui resté au mouillage, avec des prises de quart de deux membres de l'équipe de Thomas Coville pour éloigner les bateaux de plaisanciers un peu trop curieux qui pourraient percuter les flotteurs du géant à cause du courant ou du vent.

Jérémy Beyou, qui avait promis de regarder le match de Lorient, sa ville d'origine, face au PSG, a finalement profité du soleil qui est revenu sur Saint-Malo en fin de matinée, après de fortes pluies matinales, pour faire du char à voile en famille sur la Plage de la Hoguette en compagnie de son skippeur remplaçant sur Charal, Franck Cammas. La flotte des IMOCA empruntera l'écluse mardi pour aller au mouillage avant le départ de mercredi.

Sortis du port de Saint-Malo samedi au petit matin, les bateaux des catégories Rhum Monos et Multi sont eux revenus au port pour se mettre à l'abri et en ressortiront mercredi matin. Un aller-retour que s'est épargné bien malgré lui Arnaud Pennarun puisqu'un problème électrique de dernière minute l'avait empêché de sortir son Pen Duick III du bassin lors du sas de sortie samedi. Le skippeur, qui court pour les enfants hospitalisés à l'Hôpital Robert-Debré, a ainsi eu tout le temps de réparer son souci et il sera bien au départ mercredi, à 14h 15.


lire aussi

L'actu de la Route du Rhum