Snowboard freeride - Marion Haerty : « Le Freeride World Tour n'est pas ma priorité »

·3 min de lecture

Marion Haerty, quadruple championne du monde de snowboard freeride, a pris la décision de mettre entre parenthèses le Freeride World Tour, le circuit mondial de freeride. Après une année tronquée par une pandémie mondiale, elle s'explique. « Comment avez-vous pris la décision de privilégier le Naturel Selection Tour, et d'évincer le Freeride World Tour ?
C'est une décision mûrement réfléchie. Déjà l'année dernière, j'étais un peu dans cette dynamique de passer à autre chose. J'ai fait les deux circuits en même temps mais cette année ça va être très compliqué de les combiner. Il y a des étapes qui se chevauchent et je n'ai pas envie de faire les choses à moitié. Je préfère me concentrer sur le Natural Selection Tour, où j'ai un vrai challenge personnel. « J'ai passé beaucoup de temps en snowpark cet automne, pour reprendre les repères que j'avais quand j'étais plus jeune, quand je faisais beaucoup de freestyle » Quels seront vos objectifs pour ce circuit ?
Je dois élever mon niveau quand je suis face à des anciennes gagnantes des X Games ou des Jeux Olympiques. Dans un premier temps, il faudra réussir à passer le premier tour aux États-Unis, c'est mon objectif principal pour pouvoir me qualifier à l'étape en Alaska. Je sais que ça va être compliqué de gagner le circuit mais je sais aussi que j'ai les moyens pour arriver jusqu'en Alaska. Si jamais cela ne fonctionne pas, j'ai deux projets vidéos qui ont été validés par The North Face pour cet hiver, donc j'ai la chance d'avoir ces projets-là aussi, de pouvoir me développer autrement que par des performances. Comment s'organise cette compétition ?
Il y a trois étapes. Fin janvier, après la première aux États-Unis, seulement quatre participantes se qualifient pour la suite de la compétition. Cela veut dire qu'on ne sera pas toutes au départ de la deuxième étape. L'an dernier, je m'étais qualifiée avec beaucoup de chance je trouve, donc j'essaye de vraiment travailler sur le côté freestyle pour corriger cela. J'ai passé beaucoup de temps en snowpark cet automne, pour reprendre les repères que j'avais quand j'étais plus jeune, quand je faisais beaucoup de freestyle. Je me force pour réussir à développer cela. Est-ce un véritable virage dans votre carrière ou il y a une possibilité de vous revoir sur le circuit FWT ?
Si je peux, j'aimerais pouvoir participer à quelques épreuves. Je prendrai les décisions au dernier moment en fonction de mon calendrier, avec le NST mais aussi mes projets vidéos qui vont prendre du temps. Le FWT n'est pas ma priorité : si j'y vais, c'est avec beaucoup d'amusement, pour tenter des choses. J'ai juste envie de prendre du plaisir et de me lâcher. J'ai beaucoup de respect envers les organisateurs, ils m'ont donné la chance de m'exprimer sur ce circuit et maintenant il est temps pour moi de m'envoler ailleurs. Ils m'ont dit que j'allais leur manquer. (rires). Ils savent que ça fait partie du jeu et ils sont très contents pour moi, de voir que je peux évoluer dans un autre domaine. Je ne peux pas deviner ce qui va se passer. (rires) Ce n'est pas un au revoir, on ne sait pas ce qui peut arriver après plusieurs années. Je vois le moment présent et je ne dis pas définitivement au revoir au Freeride World Tour, peut-être qu'un jour j'aurais envie de reconquérir un titre. Pour le moment, ce n'est pas d'actualité. » lire aussi Freeride World Tour - Snowboard : Marion Haerty sacrée pour la 4e fois championne du monde

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles