PSG: Nene est à bout de nerfs





C’est peut-être la goutte d’eau qui va faire déborder le vase. Samedi soir, lors du match amical contre le Barça, Nene a quitté le Parc à la mi-temps. Très déçu d’avoir été remplacé à la pause par Kevin Gameiro — au même titre pourtant que quatre autres joueurs — le Brésilien a pris ses cliques et ses claques juste après la douche.





Le malaise était latent depuis plusieurs semaines. Il a pris à cet instant une forme plus concrète. A-t-il été blessé de ne pas bénéficier du même temps de jeu que ses coéquipiers de l’attaque, Lavezzi, Ibrahimovic (remplacés après la 60e minute) ou Pastore (qui a joué tout le match)? Probablement. Mais de là à quitter le stade en plein match, il y a un pas qu’un tempérament aussi impulsif et colérique que Nene n’avait encore jamais franchi.

Impossible de ne pas lier ce comportement avec le flou qui entoure sa situation contractuelle. Engagé jusqu’en juin 2013, il attend désespérément une prolongation de contrat et une revalorisation salariale significative. Leonardo n’est pas pressé et prendra une décision à la mi-saison. Le joueur prend cette temporisation pour une insupportable marque de défiance.


En retard à l’entraînement

A 31 ans, il ne veut surtout pas se retrouver le bec dans l’eau en cas de blessure. Dans le vestiaire, depuis plusieurs semaines, Nene ne cache plus sa déception et ses projets de départ. Problème : aucune offre alléchante ne s’est encore présentée. Seul le club turc de Galatasaray lui a fait une proposition, mais il l’a rejetée.

La semaine dernière, certains de ses coéquipiers ont commencé à le questionner sur ses intentions. Est-il vraiment décidé à quitter le PSG dès cet été et à étudier toutes les pistes, même celles qui mènent à des clubs moins huppés (pays du Golfe ou Russie)? Son départ précipité du Parc des Princes, samedi soir, qui fait suite à un retard à l’entraînement de la veille, est en soi un début de réponse.


Retrouvez cet article sur LeParisien.fr













Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi