Sofiane Ben Hassen, après l'élimination de l'Algérie : « Nous sommes dégoutés »

Les Algériens ont vu leur chance de participer à la Coupe du monde 2023 s'envoler. (F. Faugère/L'Équipe)

Sofiane Ben Hassen, le président de la Fédération algérienne, n'a pas caché sa déception après la défaite de son équipe face au Kenya en demi-finale de la Rugby Africa Cup (36-33), synonyme d'élimination dans la course à la qualification pour la Coupe du monde 2023.

Sofiane Ben Hassen (président de la Fédération algérienne de rugby après la défaite de l'Algérie face au Kenya) : « Il y a énormément de déception. Mais l'Algérie est une jeune équipe et nous venons de l'amener dans le Top 4 africain après seulement cinq ans d'existence de la Fédération. Ce n'est pas rien. Mais nous sommes déçus. Il y a quand même quelques petites erreurs d'arbitrage à mes yeux, notamment sur Benjamin Caminati en seconde période sur un petit coup de pied à suivre. Il y a une obstruction. L'arbitre a mal géré la fin de match. Sur la dernière mêlée, il aurait dû siffler pénalité contre le Kenya. Mais bon... Nous perdons de trois points, on peut s'en prendre qu'à nous-même. Nous sommes dégoûtés. Il y a de la fierté.

Je pense que nous avons donné une bonne image. Nous avons produit du jeu, mais on ne passe pas, c'est rageant. Je suis fier des joueurs, du staff. Il n'y a pas de coup d'arrêt. Le rugby algérien va poursuivre son développement. Nous allons tenter de nous qualifier pour les JO avec le rugby à 7. Pour le rugby à 15, le souci c'est qu'il y a peu de compétition. C'est ce qui nous empêche de nous développer. C'est le gros problème. Ce serait bien aussi que les clubs jouent le jeu et libèrent nos joueurs. Qu'ils nous aident ! Qu'on soit plus reconnu. Malgré le rêve envolé, le rugby algérien a grandi. Maintenant, il reste un match. On va essayer d'aller chercher la 3e place de la compétition. Mais je ne vous cache pas que les joueurs sont démoralisés. »

lire aussi

Le Kenya brise le rêve de qualifications de l'Algérie pour la Coupe du monde 2023

Boris Bouhraoua (entraîneur en chef de l'Algérie) :« La déception est immense. Aussi immense que notre rêve de disputer la Coupe du monde. C'est très difficile. Tout le monde est abattu. Il y a de la frustration car au final nous perdons de trois points. Ça se joue sur des détails. Trois sorties de camp mal négociées et des plaquages manqués décisifs. Mais j'aimerais également souligner les points positifs. Nos joueurs sont allés au bout d'eux-mêmes. Mentalement et physiquement. C'est beau d'avoir donné une belle image du rugby algérien. Nous n'avons rien lâché et essayé d'arracher la qualification.

Le rugby algérien ne s'arrête pas ce soir. Notre vision va au-delà de ce Tournoi. Nous voulons faire grandir le rugby algérien. Nous allons repartir au travail. Il y a une troisième place à aller chercher. C'est important de terminer troisième. Nous allons honorer notre maillot. Il y a beaucoup de blessés, mais nous serons à 150 % pour notre Fédération et le futur du rugby algérien. Nous avions évoqué une possible élimination, mais il faut aller au bout des choses et bien terminer ce Tournoi. Tous les matches comptent. »

lire aussi

Au coeur de l'équipe de rugby de l'Algérie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles