La soirée des Bleus : Tchouaméni et Rabiot sont montés en puissance

Aurélien Tchouaméni, lors du succès du Real face à Cadix (2-1), jeudi. (V. Santos Moura/Reuters)

Quelques minutes de jeu pour Camavinga, une deuxième période saignante pour Tchouaméni, une passe décisive pour Adrien Rabiot : quelle soirée pour les Bleus appelés par Didier Deschamps ?

À défaut de pouvoir se faire une idée sur la performance d'Eduardo Camavinga, qui pour « fêter » ses 20 ans, n'a foulé la pelouse du stade Santiago-Bernabeu que pendant une petite dizaine de minutes avec le Real Madrid (contre Cadix, 2-1, jeudi en Liga), Didier Deschamps et son staff ont forcément observé avec attention le comportement de deux des autres milieux retenus parmi les Bleus pour la Coupe du monde au Qatar (20 novembre-18 décembre).

Car Aurélien Tchouaméni (22 ans, 14 sélections 1 but) et Adrien Rabiot (27 ans, 29 sélections, 2 buts), eux, ont joué 90 minutes. Et surtout parce qu'il s'agira de deux titulaires de l'équipe de France, en l'absence (pour cause de blessures) de N'Golo Kanté et Paul Pogba. L'ex-Monégasque n'a pas vraiment brillé en première période avec le Real Madrid, manquant un peu d'agressivité et surtout de précision, comme sur cette passe vers Rodrygo dans la surface (17e) ou sur une frappe trop enlevée (25e).

lire aussi : La liste des 25 Bleus retenus pour la Coupe du monde

Une offrande du pied droit réussie par le gaucher RabiotEn revanche, il a été plus saignant en seconde période, comme il l'a montré avec un excellent ballon vers Lucas Vazquez (63e), puis avec une récupération pleine de puissance et d'autorité dans le rond central, face à deux adversaires (66e). Au final, sa prestation comme sentinelle, avec les habituels Toni Kroos (brillant et efficace, avec un but et une passe décisive) et Luka Modric à ses côtés, s'est avérée très correcte.

Sur la pelouse de l'Hellas Vérone avec la Juventus Turin (qui s'est imposée 1-0), Adrien Rabiot a un peu épousé la même courbe. En demi-teinte en première période, le « Duc » a nettement haussé le rythme en seconde période, où il aurait pu réaliser un doublé de passes décisives, si Moïse Kean avait converti la première (58e), un centre au cordeau après une récupération autoritaire.

Mais l'ex-attaquant du PSG, n'a marqué que sur la seconde (61e), réussie du pied droit par le milieu gaucher. Même si la Juve a tremblé jusqu'au bout chez le dernier de Serie A, Rabiot est resté costaud jusqu'au bout, totalisant donc cette saison cinq buts (trois en championnat, deux en C1) et une passe décisive.