Soirée contrastée pour les Brésiliens Marquinhos et Neymar de retour après la Coupe du monde

M. Turpin montre à Neymar le chemin du vestiaire après l'expulsion du Brésilien, bien décidé mercredi soir à contester cette décision. (B. Papon/L'Équipe)

Marquinhos, buteur et décisif sur l'action du penalty de Mbappé. Neymar, expulsé en deux minutes. Les deux Brésiliens ont vécu un match post-Coupe du monde contrasté.

Il y a quelque chose d'assez fascinant à observer, depuis des années, les destins de Marquinhos et Neymar Jr. Les deux Brésiliens, aux personnalités si différentes, traversent les saisons avec une constante : cette incapacité totale à vivre des matches insipides. Avec eux, rien de normal. Jamais. Les émotions sont partout, tout le temps. Il y a le bonheur, parfois, comme, quand mercredi soir, Marquinhos ouvre le score d'une tête rageuse à bout portant sur un coup franc parfait de son compatriote ou quand le capitaine délivre le Parc des Princes sur cette passe inspirée qui aboutit au penalty victorieux de Kylian Mbappé (2-1, 90e +3). Mais il y a aussi le reste.

lire aussi : Les notes de PSG-Strasbourg : Marquinhos déterminé, Mbappé en sauveur

Ce sentiment poisseux que le défenseur parisien est accompagné par une forme de guigne. Bien au-delà de son match si douloureux (frappe contrée, tir au but raté) contre la Croatie en quarts de finale de la Coupe du monde (1-1, 2-4 aux t.a.b.) ou de son terrible rendez-vous madrilène l'an dernier (1-3), Marquinhos semble toujours mêlé à des actions malchanceuses. S'ils n'avaient pas mauvaise presse en ce moment dans le milieu du foot, on lui conseillerait presque même d'aller voir un ou deux marabouts. Un homme capable, en tout cas, de lui éviter, comme mercredi soir, de dévier un centre presque anodin de Thomasson dans ses propres filets (1-1, 51e).

Neymar a quitté le Parc des Princes avant la fin du matchIl faut reconnaître à « Marqui » une force de caractère remarquable pour arriver à chasser ce type de fantômes et ensuite faire basculer le match. À sa manière, Neymar y est parvenu également. Pendant une heure, sans tout réussir, le numéro 10 parisien semblait vraiment en jambes. C'était lui et personne d'autre qui réussissait à mettre de la vie dans une animation offensive qui en manquait tant. Au bout de soixante minutes, son bilan, déjà marqué par ce service délicieux pour Marquinhos, aurait dû être de deux passes décisives. Mais avec le « Ney », la tension n'est jamais loin.

Alors qu'il subissait de nombreuses fautes - parfois non sanctionnées - de la part des Strasbourgeois, Neymar a craqué en deux minutes. Sa « manchette » sur Thomasson ne valait sans doute pas un avertissement (61e) mais comment un joueur de son expérience peut-il tomber aussi facilement et simuler de cette façon à peine une minute plus tard (62e) ?

lire aussi : Julien Stéphan (Strasbourg) après la défaite au PSG : « Beaucoup de déception »

Une simulation assez grotesque et une expulsion logique - déjà sa cinquième en L 1 depuis 2017 - qui va peser dans les prochains jours. Neymar qui, comme indiqué par Canal+ à l'antenne, a quitté le Parc avant même la fin du match, va devoir gérer son immense déception liée à la Coupe du monde dans une forme de frustration latente. Et Paris va devoir se déplacer à Lens, son dauphin, dimanche, sans deux de ses stars. Vu le niveau - encore insuffisant - d'Hugo Ekitike mercredi soir, Kylian Mbappé, avant ses vacances américaines, a intérêt à avoir des jambes de feu...

voir aussiToute l'actualité de la Ligue 1