Sophie Cluzel : “Le parasport peut être l'identité des Jeux de Paris 2024”

Hugo Monier
·1 min de lecture

Avec le ministère des Sports, vous avez récemment présenté la stratégie nationale sport et handicaps, comment pourrait-on la résumer ?
Sophie Cluzel :
“48% des personnes en situation de handicap ne pratiquent pas d'activité physique, contre 34% dans la population générale. Fort de ce constat, nous nous sommes demandé avec Roxana Maracineanu (ministre déléguée aux Sports) comment pouvoir développer l'activité sportive des personnes en situation de handicap. Nous avons la richesse en France d'avoir des associations sportives, handisport et sport adapté mais aussi des établissement médico-sociaux très impliqués dans la pratique de l'activité sportive. Nous avons voulu que tout cet écosystème puisse se rencontrer, travailler mieux ensemble pour avoir un meilleur résultat d'accès, de connaissances et d'adaptation des pratiques au bénéfice des personnes en situation de handicap.”

Quels sont les principaux freins à la pratique du sport par les personnes en situation de handicap ?
SC : “D’abord, une difficulté de mise en accessibilité physique des structures, il ne faut pas se le cacher. Il y a encore des structures anciennes, pas aux normes, avec des difficultés d'accès pour les personnes à mobilité réduite. Ensuite, les professionnels qui gèrent ces structures ne sont pas toujours formés aux différentes situations...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi