Les souffleries interdites en F1 à partir de 2030 ?

Adam Cooper
·3 min de lecture

Une éventuelle interdiction des souffleries a fait l'objet d'une discussion lors de la réunion de la Commission F1 qui a eu lieu après le Grand Prix du Portugal, le championnat se tournant vers l'écologie. Ce long délai laisserait le temps aux écuries de faire la transition vers le 100% CFD ; l'on s'attend à ce que la technologie progresse suffisamment en dix ans pour assurer que les voitures puissent être développées sans soufflerie.

Lire aussi :

Renault soulève le "sujet tabou" des souffleries partagées

Comme d'autres directeurs d'équipe, Toto Wolff (Mercedes) a accepté le principe d'une interdiction, mais il se méfie de la théorie. "Je pense qu'il y avait un accord général pour que cela se fasse sur le long terme", commente l'Autrichien. "Mais c'est un changement de réglementation vraiment énorme qui implique également certains aspects de sécurité. Nous ne devons pas oublier que ces voitures sont les plus rapides au monde, avec le plus d'appui, et nous ne voulons pas faire des expériences en direct avec des pilotes dans des voitures conçues par CFD."

Il ajoute néanmoins : "Je pense que fixer un objectif comme 2030 pour l'interdiction des souffleries est une voie qui fonctionne pour tout le monde, et cela va nous aider à rendre la F1 plus viable côté financier."

Le directeur exécutif de Renault F1, Marcin Budkowski, estime pour sa part qu'une interdiction des souffleries serait un grand défi, mais qu'une transition à la CFD pourrait être accomplie compte tenu du délai proposé.

"Ce n'est pas un nouveau sujet, nous en parlons depuis un petit moment", souligne Budkowski. "Je pense que la clé, sur ce genre de restructuration technique significative, est de le faire avec suffisamment d'anticipation. De nos jours, les souffleries sont une partie essentielle du développement d'une F1, et le risque de tout faire avec une simulation numérique est d'arriver à la première course et que la voiture se comporte complètement différemment de ce à quoi on s'attend, et d'avoir du mal à se remettre sur le droit chemin."

"Le risque est de perdre la corrélation avec la piste, ce pour quoi la soufflerie est un élément important. La F1 aime les défis, et je pense que si vous nous dites que dans dix ans nous nous éloignerons de quelque chose qui est essentiel au développement car nous allons développer le domaine de la simulation, je pense que c'est faisable. Chaque fois que ce sujet s'est présenté auparavant, c'était 'interdisons-les dans deux ans', 'interdisons-les dans trois ans', ce qui n'était pas réaliste. Avoir un objectif pour dans dix ans, qui est en phase avec le message écologique que nous voulons bâtir autour de la F1, c'est une perspective réaliste."

McLaren vient justement de se lancer dans la construction d'une nouvelle soufflerie dont la durée de vie pourrait donc être inférieure à une décennie. Cependant, d'après le directeur d'équipe Andreas Seidl, ce projet ne va pas changer : "La discussion que nous avons eue à la Commission F1, ce n'est que le début, c'est quelque chose pour le long terme."

"Nous voyons certainement une possibilité sur le long terme d'interdire ou de réduire grandement l'utilisation des souffleries, avec la progression rapide de la CFD, mais en même temps, si l'on regarde ce que peut faire la CFD de nos jours, nous restons loin de ne pas utiliser les souffleries, pour diverses raisons. La discussion que nous avons eue n'a donc aucune influence sur les décisions à court et moyen terme."