Tous sports - Élections fédérales : rappel à l'ordre de Gilles Quénéhervé, Directeur des Sports

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

La période des élections fédérales approchant, le directeur des Sports, Gilles Quénéhervé, a récemment tenu à bien cadrer le rôle des agents de l'État. Le cycle des élections débutera dans quelques semaines et, pour prévenir tout dérapage durant le temps des campagnes électorales, le directeur des Sports Gilles Quénéhervé a fermement rappelé les obligations de réserve et de neutralité des agents de l'État. Il l'a fait via un courrier - ou plutôt trois - adressé aux directeurs techniques nationaux, aux conseillers techniques sportifs et, par voie de conséquence, aux présidents de fédérations. L'ancien vice-champion du monde du 200 m, directeur des Sports depuis 2018, y mentionne notamment les articles 4.3 et 5.1 du code de déontologie des agents de l'État exerçant des missions de CTS auprès des fédérations sportives. « Vous veillerez en particulier à faire preuve de la plus grande réserve dans vos commentaires personnels, notamment sur la politique suivie par le ministère chargé des sports, ses organes territoriaux ainsi que les structures qui y sont affiliées, pendant et en dehors du temps de service », écrit notamment le directeur des Sports. lire aussi Quénéhervé, un parcours atypique « Compte-tenu de votre devoir de neutralité, vous veillerez à ne pas prendre parti dans les débats concernant la vie politique et élective de la fédération et des structures qui lui sont affiliées, poursuit-il. Afin de respecter ces obligations [...], vous vous montrerez particulièrement vigilant dans vos communications dans les médias numériques ou lors des diverses sollicitations des organes de presse. » Ce rappel à l'ordre intervient après que des rumeurs avaient circulé concernant le fait que certains cadres techniques soient intervenus ou aient « liké » ou partagé des commentaires sur des sites de campagne, laissant penser qu'ils ou elles soutenaient tel ou tel candidat. Mieux vaut prévenir que guérir, dit-on...