Tous sports - Des audiences télé jamais vues pour le sport aux États-Unis

L'Equipe.fr
L’Equipe

Les chaînes sportives américaines viennent d'enregistrer des chiffres d'audience record. Un phénomène utilisé comme argument pour relancer les compétitions. Privés de matches par l'épidémie de Covid-19, les téléspectateurs américains ont visiblement très faim de sport, si on en croit les derniers chiffres d'audience aux États-Unis : la Draft virtuelle organisée par la NFL vient ainsi d'enregistrer une audience de 55 millions de téléspectateurs sur trois jours sur les chaînes américaines (ABC, ESPN, NFL Network et ESPN Deportes), selon l'institut Nielsen. Soit une augmentation de 16 % par rapport à 2019. Pour le premier tour du « mercato » du football américain, diffusé jeudi (15,6 millions de téléspectateurs en moyenne), la courbe de croissance est encore plus impressionnante (+37 % par rapport à 2019). La Draft NFL n'est pas le seul événement à avoir vu ses audiences exploser durant la crise du Covid-19 : celle de la WNBA, la ligue féminine de basket, a attiré 123 % de téléspectateurs en plus que l'an passé (soit 387 000 en moyenne). La série documentaire The Last Dance, dont les épisodes sont diffusés au fur et à mesure et en avant-première sur ESPN, avant d'être publiés sur Netflix, a aussi battu de très loin le record du genre aux États-Unis, avec près de 6 millions de téléspectateurs en moyenne (le précédent record était détenu par You don't know Bow, consacré à l'ancien joueur de baseball et de football américain Bo Jackson, à 3,6 millions). Ces chiffres exceptionnels, s'expliquent en partie par le fait que les Américains passent plus de temps devant leur écran à la faveur du confinement. Mais plusieurs personnalités se sont appuyées sur ce phénomène pour justifier une reprise anticipée des compétitions durant la crise : « Nous voulons permettre au sport de redémarrer, pour que les gens aient une activité à regarder à la télévision », a ainsi déclaré le gouverneur démocrate de New York Andrew Cuomo dimanche lors de son point presse quotidien. Quant à Mark Cuban, le propriétaire des Dallas Mavericks, il n'a pas hésité à évoquer une « obligation morale » de la part des ligues.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi