Tous sports - Le centre de vaccination du Stade de France ouvrira pour au moins six mois

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Un vaccinodrome destiné à lutter contre le Covid-19 ouvrira ses portes le 6 avril au Stade de France, à Saint-Denis, pour une durée minimum de six mois. Sa présence n'affectera pas les compétitions sportives prévues dans l'enceinte d'ici la fin de saison. Le grand centre de vaccination contre le Covid-19 qui s'établira dans l'enceinte du Stade de France, à Saint-Denis, à partir du 6 avril, fonctionnera au moins pour six mois, avec un premier objectif de 10 000 injections par semaine. L'annonce a été formulée par Alexandra Boutelier, directrice du consortium : « Les quatre premières semaines seront concentrées sur les primo-vaccinations et l'objectif est de monter en puissance. » Le vaccinodrome francilien, piloté conjointement par l'Agence régionale de santé (ARS) d'Ile-de-France, la préfecture de Seine-Saint-Denis, le conseil départemental, la municipalité de Saint-Denis et la brigade de sapeurs-pompiers de Paris, comprendra deux salles réservées à la vaccination et un centre d'appels pour les prises de rendez-vous, via un numéro unique. Cinquante personnes, principalement des étudiants et de jeunes demandeurs d'emploi, ont été recrutées pour traiter le centre d'appels. Des super-structures appelées à se développer La moitié des 10 000 rendez-vous disponibles chaque semaine seront réservés aux habitants de Seine-Saint-Denis, le reste sera accessible à ceux des autres départements d'Ile-de-France. « Le centre sera ouvert six jours sur sept, du lundi au samedi, de 09H00 à 20H00 ou 21H00. Si cela doit être sept jours sur sept et 24 heures sur 24, ce sera sept jours sur sept et 24 heures sur 24. [...] Nous sommes prêts à intensifier », a assuré Mme Boutelier. L'installation du centre de vaccination ne devrait pas affecter la programmation des compétitions sportives au Stade de France, notamment la finale de la Coupe de France de football, le 19 mai, et la finale du Top 14 de rugby, le 25 juin. Ces super-structures de vaccination, à l'image de ce qui se fait déjà au Vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines) ou au stade Vélodrome de Marseille, sont appelées à se développer afin d'enrayer les chaînes de contamination.