Tous sports - Ces champions qui prennent leur congé paternité

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Alors que le congé paternité devient obligatoire en France, de plus en plus de sportifs sont prêts à manquer des échéances d'importance pour être auprès de leur compagne lorsqu'elle accouche.

Marquinhos, équipe de coeur

Le défenseur du PSG a manqué un déplacement de Ligue 1 à Montpellier, en décembre 2019, pour être présent lors de la naissance de son fils Enrico, son deuxième enfant. Un début de polémique avait suivi, d'autant plus déplacé que l'accouchement de l'épouse du défenseur brésilien, Carol, avait été très délicat pour leur aînée Maria. Paris avait fêté cette naissance en s'imposant 3-1.

Johannes Boe, Boe bébé

Le biathlète norvégien a manqué deux étapes de Coupe du monde pour assister à la naissance de son fils Gustav, mi-janvier 2020, pendant lesquelles son rival Martin Fourcade a fait le plein (quatre victoires). Mais de retour au top, Boe a quand même réussi à remporter pour la deuxième année de suite le gros globe de vainqueur de la Coupe du monde de biathlon, avec seulement deux points d'avance (913 contre 911) sur la légende française de la discipline, qui a pris sa retraite à la fin de la saison.

lire aussi
Coupe du monde : fin de congé paternité pour Johannes Boe

Virat Kohli, enfant de la batte

Capitaine de l'équipe d'Inde de cricket, Virat Kohli vient d'embarquer avec ses coéquipiers pour l'Australie, où la sélection doit disputer quatre test-matches lors d'une longue tournée. Mais il manquera probablement les trois derniers pour assister à la naissance de son premier enfant, prévue en janvier. Star du sport roi de son pays, Kohli forme un couple adulé avec l'actrice de Bollywood Anushka Sharma, et sa décision est considérée comme un accélérateur bienvenu de l'émancipation féminine en Inde.

Mike Conley, bulle d'euphorie

Le meneur de jeu du Utah Jazz a quitté la bulle sanitaire d'Orlando, début août, pour assister à la naissance de son fils Elijah, manquant les deux premiers matches du 1er tour des play-offs NBA avec le plein soutien de son coach Quin Snyder. À son retour en Floride, après quatre jours de quarantaine, il a joué un grand rôle dans les deux victoires suivantes du Jazz (27 et 26 points) mais n'a pu empêcher l'élimination contre Denver (3-4).