Tous sports - Coronavirus : le huis clos comme « doctrine d'organisation » explique Roxana Maracineanu

L'Equipe.fr
L’Equipe

En conférence de presse, ce lundi midi, Roxana Maracineanu a expliqué les conséquences pour le sport des mesures annoncées par le gouvernement pour lutter contre le coronavirus. Roxana Maracineanu a été claire : il n'y aura plus jusqu'au 15 avril de compétitions sportives réunissant plus de 1000 personnes en France. La ministre des Sports a expliqué lundi en conférence de presse les conséquences des décisions prises par le gouvernement et qui seront appliquées à l'échelle européenne. Particulièrement la mesure qui, dit-elle, « impacte le plus l'écosystème sportif : la limitation des rassemblements à 1000 personnes, en milieu ouvert comme en milieu confiné ». L'essentiel des annonces de la ministre des Sports « Il faudra que les organisateurs s'adaptent aux nouvelles règles » « Nous sommes, a-t-elle insisté, dans un contexte exceptionnel et le monde sportif doit participer à l'effort collectif [...] Il faudra que les organisateurs s'adaptent aux nouvelles règles en limitant leur jauge à 1000 personnes en comptant les participants ou en préférant le huis clos lorsque celui-ci est rendu possible. » Concrètement, cela signifie que les matches de championnat de foot, de rugby mais aussi de basket ou d'autres sports collectifs se joueront à huis clos ou seront reportés. Elle a pris l'exemple du report de France-Irlande de rugby ou des matches à huis clos de football que sont PSG-Dortmund ou les matches du tournoi de France féminin qui se déroulent dans les hauts de France. Le Paris-Nice cycliste peut se poursuivre avec des limitations de spectateurs, particulièrement à l'arrivée. Des solutions sont à l'étude pour les différents tournois de qualification olympique qui doivent se tenir dans les prochaines semaines. « J'ai demandé à tous les organisateurs l'impact de ces décisions sur leur modèle économique » Pour les événements à la limite de cette jauge, ce sont les préfectures qui prendront les décisions au cas par cas. « Nous prônons la continuité sportive, a cependant souligné Roxana Maracineanu. Il faut que les qualifications (notamment pour les Jeux Olympiques et paralympiques) puissent se faire ». La ministre des Sports réunira ce mardi au ministère toutes les ligues pro, les fédérations, les têtes de réseau du mouvement sportif, les organisateurs et les diffuseurs d'événements sportifs pour faire un point de la situation. « Nous allons continuer à échanger sur les conditions opérationnelles de mise en oeuvre de cette mesure de limitation et ses effets concrets, a poursuivi la ministre des Sports. Nous travaillons au quotidien avec les organisateurs à des solutions pour étudier les modalités de dédommagement des spectateurs qui ont acheté leurs billets. J'ai demandé à tous les organisateurs l'impact de ces décisions sur leur modèle économique. Dans cette période, le huis clos peut devenir notre doctrine d'organisation des compétitions. » Coronavirus : quelles sont les compétitions annulées ou reportées ?

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi