Tous sports - Coronavirus - Des parlementaires écrivent à Jean Castex pour demander la réouverture des salles de sport

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Fermées neuf mois sur douze depuis le début de la crise sanitaire, les salles de sport font l'objet d'une demande de reclassement en commerces dits "essentiels". Un courrier signé par trente-deux parlementaires qui réclament « une réouverture immédiate » a été envoyé ce mardi matin au Premier ministre Jean Castex. Le secteur est durement frappé depuis le début de la crise sanitaire. Trois petits mois seulement de répit entre juin et septembre 2020 pendant lesquels les clubs de fitness d'intérieur ont pu rouvrir. Depuis, les salles gardent portes closes avec les aides de l'État comme seul moyen de survie. Mais certains, qui ne comprennent pas cette fermeture, tentent de faire réagir l'exécutif. Parmi eux, le député Aurélien Taché s'active « afin de permettre sans délai leur réouverture ». Le 23 mars, il s'est d'abord adressé à Roxana Maracineanu dans une question écrite posée à l'Assemblée Nationale, demandant « les échéances envisagées par le gouvernement pour donner des perspectives aux gérants et permettre, le plus rapidement possible, au plus grand nombre de retrouver le chemin des salles de sport ». Une question restée sans réponse. Contacté par L'Équipe, l'entourage de la ministre déléguée explique que « la réouverture des salles de sport pour tous n'est pas d'actualité » alors que le pays est soumis à de nouvelles restrictions. lire aussi Les salles de sport crient leur détresse L'ancien député de La République En Marche et cofondateur du parti des Nouveaux Démocrates s'est ensuite rapproché du syndicat de l'Union Sport & Cycle et de la chaîne de salles de sport Fitness Park. Dans un communiqué daté du 26 mars, ces trois acteurs expliquent que les salles de sport doivent servir à « lutter contre la sédentarité, vecteur de comorbidités », ajoutant que « le sport en extérieur comme la course étant loin d'être une solution adaptée à tous ». Courrier de parlementaires adressé à Jean Castex « Les salles de sport sont des lieux de sante. Elles sont necessaires pour aller mieux à travers cette crise, aussi bien physiquement que psychologiquement » Comme d'autres lieux d'accueil, les salles de sports avaient aussi mis en place un protocole sanitaire strict pour espérer rester ouvertes : « entraînement individuel, jauge de capacité d'accueil, plexiglas entre chaque machine, gels hydroalcooliques, vestiaires et douches fermés, application de virucide et port du masque obligatoire dans les allées », détaille le communiqué. Le mois dernier, le ministère des Sports a participé au développement de masques certifiés AFNOR censés permettre l'activité sportive en intérieur. L'entreprise vosgienne CeramiQ a récemment mis en vente le premier modèle. « On n'a jamais dit que ce serait le sésame absolu mais bien un outil pour permettre de revenir dans les salles de sport de manière sécurisée », rappelle-t-on du côté du ministère. Des parlementaires de tous bords politiques Ces derniers jours, Aurélien Taché a sondé les députés et sénateurs. Trente-deux d'entre eux ont décidé de signer un courrier envoyé ce mardi matin au Premier ministre Jean Castex, que L'Équipe a pu consulter. « Les salles de sport sont des lieux de sante. Elles sont necessaires pour aller mieux à travers cette crise, aussi bien physiquement que psychologiquement », avancent les parlementaires, bien décidés à demander un « reclassement en structures dites "essentielles" ». Parmi les signataires, on retrouve des parlementaires de tous bords politiques. Des sénateurs républicains aux députés communistes en passant par d'anciens députés LREM fâchés avec la majorité. « Avec le fait que la mobilisation soit très forte, que plus de trente parlementaires de tous bords se mobilisent, que le réseau des salles soit très actif et qu'il y ait beaucoup d'élus locaux qui partagent notre combat, le gouvernement va devoir en tenir compte », confie Aurélien Taché. Sollicité, le cabinet de Jean Castex a expliqué « ne pas avoir d'avis sinon l'application de la règle fixée par le décret ».