Tous sports - CTS : le rapport remis le 4 décembre à la ministre

L'Equipe.fr
L’Equipe

Yann Cucherat et Alain Resplandy-Bernard, mandatés par la ministre des Sports Roxana Maracineanu pour sortir de la crise des CTS (conseillers techniques sportifs), lui présenteront leurs préconisations le 4 décembre. Après des mois de consultations, discussions et autres négociations, les « tiers de confiance », mandatés par la ministre des sports Roxana Maracineanu le 21 mai dernier, présenteront leurs propositions mercredi 4 décembre au matin. Leur rapport sera, dans la foulée, révélé à un comité de pilotage composé d'acteurs du sport. Un document très attendu par les principaux intéressés, les conseillers techniques sportifs, mais aussi par les fédérations, les athlètes et l'ensemble du monde sportif secoué depuis plus d'un an par la réforme devenue la « crise des CTS ». Roxana Maracineanu décrète une pause dans la réforme des CTS Le haut fonctionnaire Alain Resplandy-Bernard, l'un des deux rédacteurs avec l'ancien gymnaste Yann Cucherat, était invité le 20 novembre dernier à Matignon par le Premier ministre Édouard Philippe. L'ex directeur général délégué du PMU n'était pas seul mais accompagné de Roxana Maracineanu, Tony Estanguet et Denis Masseglia, respectivement patrons du Comité Paris 2024 et du Comité national olympique et sportif français, et d'une dizaine de présidents de fédération. Le Premier ministre est « dans la consultation », fait-on savoir dans son entourage. La veille, Édouard Philippe avait convié une dizaine de sportifs pour recueillir leur avis sur les CTS et plus généralement l'organisation du sport en France. « Dans son propos liminaire, le Premier Ministre a rappelé qu'à ce stade aucune décision n'était prise et qu'il souhaitait écouter les différentes parties prenantes sur le sujet des CTS pour se faire une idée », explique Denis Masseglia, président du CNOSF, dans une lettre adressée le lendemain de la réunion aux présidents de fédération. Denis Masseglia « Beaucoup d'entre nous ont évoqué la nécessité et l'intérêt d'avoir à nouveau des postes ouverts au concours, en particulier pour les athlètes de haut niveau, afin qu'existe toujours cette perspective de transmission d'expertise, de savoirs et d'expérience » Il poursuit en précisant qu'Alain Resplandy-Bernard « a indiqué qu'il existait [...] une grande diversité de situations fédérales et qu'une adaptation au cas par cas pourrait être imaginée, ce que le Premier ministre n'a pas démenti par la suite [...] Il s'agirait en l'espèce de laisser la possibilité pour des fédérations qui le souhaiteraient de conduire des expérimentations mais sans que le détachement de CTS soit imposé aux fédérations qui ne le souhaitent pas », précise le patron du CNOSF. « Beaucoup d'entre nous ont évoqué la nécessité et l'intérêt d'avoir à nouveau des postes ouverts au concours, en particulier pour les athlètes de haut niveau, afin qu'existe toujours cette perspective de transmission d'expertise, de savoirs et d'expérience », enchaîne Denis Masseglia. La réouverture du concours de professeur de sport est l'une des revendications des syndicats qui s'alarment depuis de nombreux mois de l'extinction de la fonction. Pour Raphaël Million, porte-parole du syndicat Solidaires Jeunesse et Sports, cette double invitation est une façon de « prendre la température et de calmer la grogne avant de poursuivre le démantèlement du service public du sport ». Denis Masseglia termine ainsi sa lettre : « Dans sa conclusion le Premier ministre a aussi montré sa préoccupation par rapport à l'encadrement de la haute performance et le souci des résultats tant pour Tokyo 2020 que pour Pékin 2022 et Paris 2024. L'ensemble des acteurs a souligné l'intérêt de cette rencontre et a tenu à remercier le Premier ministre de l'avoir organisée. Elle a été perçue comme un signe positif envoyé au mouvement sportif fédéral ». À suivre.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi