Tous sports - Dopage - Deux départs à la tête de l'agence antidopage ukrainienne après le rapport de l'agence mondiale antidopage

·1 min de lecture

Le gouvernement ukrainien a annoncé mercredi le départ de deux responsables de son agence antidopage après des accusations de manipulations émises par l'Agence mondiale antidopage (AMA). Le gouvernement ukrainien réagit. « L'agence antidopage de l'Ukraine (ONAD) a violé les standards de tests internationaux », a déploré mercredi dans un communiqué le ministère des Jeunesses et du Sport. Mardi, l'Agence mondiale antidopage (AMA) a accusé l'agence ukrainienne d'avoir depuis 2012 prévenu à l'avance des sportifs de contrôles aléatoires hors compétition, à l'issue d'une enquête ouverte en 2019. « L'ONAD téléphonait à des sportifs ou les joignait par l'intermédiaire de leurs entraîneurs pour les convoquer le lendemain, en vue d'un contrôle », a détaillé le directeur du département Renseignement et enquêtes de l'AMA, Gunter Younger. Le directeur de l'agence ukrainienne Ivan Kourlichtchouk et son adjoint Iaroslav Kroutchek « ont démissionné », précise le communiqué du ministère. « Nous ne permettons à personne de violer les règles antidopage », a-t-il assuré sans plus de détails. L'agence ukrainienne « s'est souvent prêtée à cette pratique avant d'importantes compétitions internationales et, parfois, toute l'équipe nationale d'une discipline spécifique pouvait être présente dans ses locaux pour un contrôle », ajoute l'AMA. lire aussi La Nigériane Okagbare contrôlée positive à l'EPO Cette année, vingt sportifs, dont trois Ukrainiens ont été interdits de participer aux Jeux olympiques de Tokyo pour ne pas avoir satisfait les standards des contrôles antidopage hors compétition. Ces sportifs font partie des pays classés par l'Unité d'intégrité de l'athlétisme (AIU) dans la « catégorie A », dite « à haut risque », dont les représentants doivent se soumettre à trois tests dans les dix mois précédant un grand Championnat. Les autres pays touchés étaient le Nigeria (10 sportifs), le Bélarus (3), le Kenya (2), l'Éthiopie (1) et le Maroc (1).

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles