Tous sports - Dopage - L'agence mondiale antidopage (AMA) « n'était pas équipée » face à l'ampleur de la crise russe avant les JO 2016

L'Equipe.fr
L’Equipe

Craig Reedie, le président sortant de l'AMA, a reconnu que l'affaire du dopage d'état en Russie, qui a éclaté en 2016, a été le challenge le plus important de l'histoire de l'Agence mondiale antidopage en 20 ans. La vaste implication de sportifs, d'entraîneurs et d'officiels russes dans l'affaire du dopage d'état, en amont des Jeux Olympiques de Rio de Janeiro en 2016, a été « le pire cas de l'histoire, contre lequel l'AMA (l'Agence mondiale antidopage) n'était pas équipée pour lutter », a déclaré, lors d'une conférence mondiale sur le dopage en Pologne, Craig Reedie, le président de l'AMA qui quittera son poste au 1er janvier. L'affaire avait conduit, en 2015, à la suspension de l'agence russe antidopage RUSADA pour non-conformité au code mondial de l'AMA et les athlètes russes avaient été exclus de toute compétition d'athlétisme aux J.O. de Rio de Janeiro. Depuis, et jusqu'aux derniers Mondiaux d'athlétisme 2019 de Dohail, ils ne peuvent concourir qu'en indépendants et sous un maillot neutre. Ce fut également le cas aux JO d'hiver 2018 à Pyeongchang (Corée du Sud). Lutte antidopage : la Russie a répondu à l'AMA Craig Reedie a confirmé qu'après avoir levé la suspension de la RUSADA en septembre 2018, l'agence antidopage russe se trouvait de nouveau dans le viseur de l'AMA pour ne pas correspondre aux critères internationaux établis. Des « incohérences » dans les données fournies sur les tests des athlètes depuis janvier pourraient conduire à l'ouverture d'une nouvelle procédure pour non-conformité et faire courir un risque aux sportifs russes pour les prochains JO d'été à Tokyo, en 2020. Pour le moment, Craig Reedie se refuse à avancer une date sur la prise de décision.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi