Tous sports - Dopage - L'Agence mondiale antidopage assure que « 80% des contrôles » ont été assurés en septembre

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

L'Agence mondiale antidopage assure qu'en septembre seuls 20% des contrôles hors-compétition n'ont pu être réalisés en raison de la pandémie de Covid 19. Après un comité exécutif, mercredi, un Conseil de fondation de l'Agence mondiale antidopage (AMA) s'est tenu jeudi. Le directeur général de l'agence, Olivier Niggli, en a profité pour faire un point sur les effets de la pandémie de Covid 19 sur la lutte antidopage. « En septembre 2020, on a pu réaliser 80% des tests hors-compétition qui avaient été faits en septembre 2019, a-t-il notamment expliqué. C'est un résultat moyen, donc certaines parties du monde ont pu être davantage affectées. On regarde aussi avec inquiétude la direction que prennent les choses en ce moment, notamment en Europe. » « Il y a des trous potentiels dans le système, a-t-il notamment indiqué. Une de nos tâches est de les identifier et de veiller, avec les agences nationales et les fédérations sportives, que ceux qui doivent être testés le seront. Mais les contrôles ne sont pas les uniques outils dont nous disposons, il y a aussi le passeport biologique et notre travail d'investigation. Nous allons tout mettre en oeuvre avant les prochains Jeux Olympiques de Tokyo. » Witold Banka, le président de l'AMA, s'est, lui, félicité de l'implication croissante des sportifs dans la vie de l'agence, précisant qu'il en avait rencontré des centaines cette année et que « l'un des enjeux sera de leur assurer une meilleure représentation au sein de l'AMA. » Le même jour, plusieurs organisations représentatives de sportifs, soutenus par plusieurs agences nationales antidopage, dont l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), ont revendiqué une meilleure représentation des athlètes dans les organes de décision de l'agence mondiale. L'Agence s'était excusée la semaine dernière auprès du footballeur Mamadou Sahko. Elle l'avait incriminé à tort en 2016 après un test positif à un brûleur de graisse pourtant autorisé. lire aussi L'AMA va intensifier les tests pour combler les « lacunes » des contrôles antidopage