Tous sports - Dopage - Richard McLaren est déçu par l'AMA et le CIO après la publication de son rapport

L'Equipe.fr
L'auteur du rapport McLaren, dénonçant le dopage en Russie, s'est dit frustré par le peu d'actions mises en place par l'Agence mondiale antidopage et le Comité international olympique.

L'auteur du rapport McLaren, dénonçant le dopage en Russie, s'est dit frustré par le peu d'actions mises en place par l'Agence mondiale antidopage et le Comité international olympique.Le Canadien Richard McLaren, auteur d'un rapport explosif sur le dopage en Russie, est déçu par la façon dont les autorités sportives gèrent les conclusions de son enquête. «Je ne me suis pas exprimé jusqu'à présent sur la façon dont le sport international devrait réagir, mais ce qui se passe me frustre de plus en plus, a-t-il expliqué mercredi devant le parlement allemand. Il faut mettre en œuvre des mesures concrètes pour prendre le problème à sa racine.»«Après mon deuxième rapport, j'ai été un peu découragé, parce que le CIO (Comité international olympique) l'AMA (Agence mondiale antidopage) et le sport international ont agi de façon hésitante, à mon avis. Parfois, je me demande s'il y a vraiment une volonté de réforme.»McLaren avait déjà été critique envers le CIOCe n'est pas la première fois que le Canadien critique les autorités sportives pour leur interprétation de son rapport. Pour l'heure, l'IAAF (Fédération internationale d'athlétisme) a suspendu la Russie de toutes ses compétitions depuis 2015, même si certains athlètes sont autorisés désormais à concourir à titre individuel sous drapeau neutre. Dans les autres sports, des suspensions individuelles ont été prononcées, mais la lenteur et la prudence des sanctions ont suscité le scepticisme ou la colère de nombreux sportifs ou dirigeants non-russes.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages