Tous sports - Frédéric Sanaur donne un peu d'oxygène pour les fédérations

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Frédéric Sanaur, directeur général de l'Agence nationale du sport, annoncera, jeudi en conseil d'administration, la distribution des 3 premiers millions d'euros du fonds de compensation pour la perte de licenciés. Les réunions se sont multipliées depuis le signal de détresse lancé par quinze fédérations de sport de salle et de contact le 24 février dernier. Désireux d'alerter les pouvoirs publics sur la baisse des licenciés, des recettes et du moral des clubs, ils avaient souligné être davantage pénalisés que les sports d'extérieur. Après que les dirigeants du basket-ball, du handball et du volley-ball aient été reçus par les conseilleurs de l'Élysée le 2 mars, les discussions se sont poursuivies avec le directeur général de l'Agence nationale quelques jours plus tard. Frédéric Sanaur, directeur général de l'Agence nationale du sport « Nous allons distribuer les trois premiers millions sur les dix du fonds de compensation entre la mi-mars et la mi-avril » « Nous allons distribuer les trois premiers millions sur les dix du fonds de compensation entre la mi-mars et la mi-avril », annonce Frédéric Sanaur, directeur général de l'Agence nationale du sport, à la veille de la réunion du conseil d'administration, jeudi matin. Les sept autres millions seront attribués dans la foulée tandis que le fonds sera renouvelé en 2022. Le critère majeur d'attribution est celui du « pourcentage de perte de licenciés entre le 31 décembre 2019 et le 31 décembre 2020 », précise le dirigeant sans révéler les premiers bénéficiaires. Un groupe de travail, composé notamment de James Blateau, président de la Fédération française de gymnastique et de Brigitte Linder, présidente de la fédération nationale du sport en milieu rural, étude encore sur les dossiers. S'il n'y a « ni plancher ni plafond », indique Frédéric Sanaur, la base minimum de la compensation devrait s'établir autour de 200 000 €. 20 000 clubs aidés « Le fonds de compensation va apporter une partie des réponses car en complément nous allons augmenter de 18 M€ le montant des aides aux projets sportifs fédéraux qui passe de 63 M€ à 81 M€ », poursuit le directeur général en soulignant que ce sont 20 000 clubs qui seront aidés, contre 16 000 jusqu'à présent. Il cite l'exemple de la Fédération française de natation, dont le président Gilles Sezionale annonçait, lundi dans nos colonnes, avoir perdu 42 % de licenciés, qui bénéficiera du fonds de compensation et d'une augmentation des aides pour les projets sportifs fédéraux (PSF) de l'ordre de 25 % soit près de 400 000 euros supplémentaires. « Entre les Projets sportifs fédéraux, les contrats de développement (sport pour tous) et contrats de performance (pour le haut niveau), ce sont près de 170 M€ qui seront injectés dans les prochains mois. On va donner un peu d'oxygène à l'ensemble des fédérations », assure Frédéric Sanaur. Sera-ce suffisant pour traverser la crise ?