Tous sports - Insep - Fabien Canu, nouveau directeur de l'Insep : « Du sur-mesure avec nos sportifs »

·2 min de lecture

Le double champion du monde de judo Fabien Canu, nommé vendredi à la direction de l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance (Insep), ne cache pas sa joie de succéder à Ghani Yalouz et évoque son ambition. « Hyper heureux », Fabien Canu, après l'officialisation de sa nomination à la direction de l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance (Insep), vendredi lors de la conférence de rentrée du ministère des Sports. Et soulagé aussi car l'annonce de Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports et de Roxana Maracineanu, ministre déléguée aux Sports, vient clore une longue procédure démarrée en janvier. « Pour une fois, il y a eu une vraie procédure, avec un grand oral devant une commission présidée par une secrétaire générale de l'Éducation nationale et composé notamment du directeur de l'ENA. C'est la première fois de ma vie que j'étais auditionné ! », sourit l'ancien DTN du judo qui a eu un entretien avec les ministres début juillet. lire aussi Toute l'actu de Paris 2024 « Ce que j'ai dit aux ministres, c'est qu'il faut que l'on se mette dans la dynamique olympique et paralympique et que l'on passe le cap, tous ensemble. On est dans la dernière ligne droite des Jeux et l'Insep a un rôle essentiel à jouer ; c'est l'endroit où il y a des services, des compétences, de l'expertise. Il faut mettre toute cette machine en route et élever le niveau de prestation actuel », développe l'ancien conseiller spécial au cabinet de David Douillet lorsque ce dernier était ministre des Sports (2011-2012). Il devra tenter de mettre fin aux querelles de personnes et à ce que d'aucuns décrivent comme une « guéguerre » entre l'Agence nationale du sport (ANS) et l'Insep. Fabien Canu « On n'est jamais aussi bon que quand on réagit donc on peut corriger la tendance (après les 33 médailles françaises à Tokyo). On a plusieurs mois pour bâtir quelque chose, dire on a compris et on y va. » « Il faut que l'on fasse du sur-mesure avec nos sportifs et les entraîneurs parce que les Jeux à Paris c'est un contexte particulier, l'enjeu, la pression... On y est et tout cela, il faut le gérer », détaille-t-il. « L'échec de Tokyo - car il ne faut pas se leurrer, avec 33 médailles - peut être salutaire dans nos mentalités, estime le double champion du monde de judo (1987, 1989). On n'est jamais aussi bon que quand on réagit donc on peut corriger la tendance. On a plusieurs mois pour bâtir quelque chose, dire on a compris et on y va. » L'ancien patron de la préparation olympique aura aussi pour mission de développer le « grand Insep ». « Tout ne se passe pas à l'Insep, il y a des voileux à Marseille et à La Rochelle, par exemple, des prestations qui doivent se faire localement. C'est là où on doit s'assurer que dans les Creps (Centres de ressources, d'expertise et de performance rebaptisés maisons de la performance) il y a les compétences pour », ajoute-t-il.
Ce qu'en disent les ministres Jean-Michel Blanquer : « Fabien Canu s'est imposé car c'est un grand champion, [...] il a une grande connaissance du haut niveau, des qualités et compétences qui nous ont semblé correspondre le mieux aux enjeux. »

Roxana Maracineanu : « Fabien Canu représente quelque chose pour les athlètes, il sait ce qu'est le haut niveau, ce qu'on attend des athlètes dans des Jeux olympiques et paralympiques. Je pense que Fabien est quelqu'un de consensuel dans les discussions qu'il doit mener avec Claude Onesta (patron de la haute performance au sein de l'Agence nationale du sport), l'ANS, Arnaud Litout (conseiller haute performance paralympique), Jean-Michel Blanquer et moi, Brigitte Henriques et Marie-Amélie Le Fur (présidentes des comités nationaux olympiques et paralympiques). Car il ne faut pas que les gens tirent chacun de leur côté. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles