Tous sports - Jeux Asiatiques - Un complexe sportif hors du commun se dessine en Chine

L'Equipe.fr
L’Equipe

Pour les Jeux Asiatiques de 2022, la ville hôte de Hangzhou va se doter d'installations sportives futuristes et... durables ! La 19e édition des Jeux Asiatiques s'annonce épique. D'une part, car l'eSport y fera sa première apparition, et de l'autre car les infrastructures qui accueilleront les athlètes vont être spectaculaires. Réalisé par les cabinets d'architectes américains NBBJ en coopération avec la China Construction Design International (CCDI), le centre olympique d'Hangzhou est déjà composé de deux stades. Le premier, sorti de terre en 2018, peut accueillir 80 000 places, tandis que le second, qui abrite un court de tennis, dispose d'une capacité de 10 000 places. Avec ces deux enceintes qui s'apparentent à des fleurs de lotus, l'entreprise américaine s'est montrée très imaginative. Pour leurs constructions, NBBJ a eu recours à des scripts paramétriques avancés, des plans très précis, pour réduire le maximum de déchets. Pour les réaliser, deux tonnes de CO2 ont été émises pour chaque tonne d'acier produite. C'est 67 % d'acier de moins que ce qui a été utilisé pour le Stade national de Pékin, le fameux « Nid d'oiseau ». D'une superficie de 400 000 m2, le parc se divisera en trois couches. La supérieure, qui permettra de se connecter rapidement aux deux enceintes. Le sol, où il sera possible de se balader dans des jardins et d'accéder à des installations conçues pour les sports extrêmes. Le souterrain, où se trouveront les magasins, les restaurants et les salles cinéma. Le complexe sportif chinois comprendra également une tour haute de 99 mètres dotée d'une superficie de 58 000 m2. Imaginé par le cabinet d'architectes français AREP, ce centre d'entraînement doit être livré cette année. Conçu en huit étages, il devrait accueillir un vélodrome, un hôtel, une clinique, un centre de média, des terrains omnisport et des commerces. Côté design, il rappelle le « Yu Cong ». Un objet sculpté en jade qui, fait référence à la culture Lianghzhu (néolithique). Il symbolise la relation entre la terre et le ciel.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi