Tous sports - JO - Claude Onesta : « Si on veut renverser la table, il va falloir faire autre chose » aux JO 2024

·2 min de lecture

Claude Onesta, manager de la haute performance au sein de l'Agence nationale du sport a remis, vendredi 10 septembre, son bilan des Jeux de Tokyo au président de la République. Il a lui aussi fixé l'objectif ambitieux d'un top 5 au tableau des médailles en 2024. Présent lundi soir à l'Élysée, lors de la réception des médaillés olympiques et paralympiques, Claude Onesta, manager de la haute performance au sein de l'Agence nationale du sport, n'a rien perdu du discours du chef de l'État. Ce dernier a souhaité que la France intègre « le top 5 olympique et paralympique en 2024 ». De quoi mettre la pression à l'ancien sélectionneur de l'équipe de France de hand. « La pression ? Je me suis toujours mis la pression et je n'ai pas l'impression que le président m'en rajoute, sourit-il. La commande initiale (il a été nommé par Laura Flessel ancienne ministre des Sports) était politique donc j'ai la pression depuis que je suis arrivé », poursuit-il. « Le top 5, c'est moi qui ai fixé cet objectif car il faut se donner des challenges. Il faut avoir des ambitions et tout ce qu'on fait aujourd'hui a pour but de transformer le modèle », ajoute-t-il. « Cinquième, à Tokyo, ce sont les athlètes russes avec 71 médailles dont 20 en or. Si on veut renverser la table, il va falloir faire autre chose. » Un bilan « décevant » aux Jeux Olympiques Le manager donne des pistes dans son bilan des Jeux de Tokyo, remis vendredi dernier au président, au Premier ministre Jean Castex ainsi qu'à Jean-Michel Blanquer et Roxana Maracineanu, duo de ministres des Sports. « Les résultats sont décevants », confirme-t-il en évoquant l'objectif de 40 médailles aux Jeux Olympiques alors que la France en a décroché 33 dont 10 en or. Interrogé sur l'annonce du président de la République d'« investir sur l'humain en rémunérant mieux nos coaches », Claude Onesta a précisé avoir « un grand plan pour les entraîneurs » et vouloir faire venir des techniciens de niveau mondial. Il a cité l'exemple d'Hugues Obry, qui va prendre la tête de l'équipe de France d'épée, ou encore Frédéric Soyeznouveau, sélectionneur de l'équipe de France de hockey sur gazon après avoir dirigé les Espagnols. « Et ce n'est pas fini », promet le manager de la haute performance.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles