Tous sports - JO - La commission des athlètes du CIO appelle à sanctuariser le lieu de la compétition

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

La commission des athlètes du CIO a présenté mercredi ses recommandations à la suite d'une enquête menée auprès de plus de 3500 athlètes dans le monde. La commission des athlètes du Comité international Olympique a présenté mercredi les conclusions de son enquête sur la règle 50 de la charte olympique. Cet article concerne la liberté d'expression des athlètes durant les Jeux Olympiques. Il stipule, entre autres, qu'« aucune sorte de manifestation ou de propagande politique, religieuse ou raciale n'est autorisée dans les stades, sites ou autres zones olympiques ». Faisant suite en particulier aux manifestations de sportifs américains avec le fameux geste du genou à terre, ce rapport est le fruit de 11 mois de travail et de la consultation de 3547 athlètes représentant 185 comités nationaux olympiques et 41 sports olympiques. La commission présidée par Kirsty Coventry s'est également appuyée sur l'expertise de spécialistes de la question des droits de l'homme avant d'effectuer ses recommandations. Ces dernières ont reçu le soutien unanime de la commission exécutive du CIO. L'interdiction de manifester est plébiscitée... Sans surprise, un consensus se dégage en faveur de l'interdiction de manifester sur le lieu de la compétition, le podium et les cérémonies officielles. Dans l'étude effectuée, une nette majorité d'athlètes a estimé qu'il n'était pas approprié de manifester ou d'exprimer ses opinions sur le lieu de la compétition (70 % des athlètes interrogés), lors des cérémonies officielles (70 %) ou sur le podium (67 %). La commission appelle donc au statu quo en la matière. Elle propose cependant de « multiplier les possibilités offertes aux athlètes d'exprimer leur opinion durant les Jeux Olympiques ». Elle suggère ainsi d'adapter le serment olympique pour y ajouter intégrer des messages sur l'inclusion et la non-discrimination. Les athlètes s'engageraient désormais à participer « dans un esprit de fair-play, d'inclusion et d'égalité [...] sans aucune forme de discrimination ». ...Mais les messages inclusifs seront les bienvenus Elle propose également d'intégrer des messages collectifs dans l'identité visuelle du village olympique afin de « célébrer la paix, le respect, la solidarité, l'inclusion et l'égalité ». Les délégations seraient autorisées à confectionner des tenues portant des messages inclusifs sur les thèmes de la paix, du respect, de la solidarité, de l'inclusion et de l'égalité. En dehors des Jeux, elle souhaite que le CIO permette aux athlètes d'exprimer davantage leur opinion. Enfin, la commission appelle à clarifier les sanctions en cas de manquements aux règles. Des experts de la commission juridique du CIO vont être invités à se pencher sur le problème pour garantir une procédure régulière et la proportionnalité des sanctions, ainsi qu'une reformulation de ses deux alinéas (le premier porte sur les questions de publicité) pour plus de clarté. Les conclusions présentées par la commission des athlètes du CIO seront prises en compte à partir des Jeux de Tokyo (23 juillet-8 août). L'amendement proposé à la Règle 50 de la Charte sera examiné en tenant compte de l'évaluation de son application lors d'une édition des prochains Jeux Olympiques d'été ou de ceux d'hiver, l'an prochain à Pékin. lire aussi Toute l'actualité des JO de Tokyo