Tous sports - JO - Paris 2024 - Paris 2024 : trois salariés de la Solideo suspendus après des accusations de propos discriminatoires

L'Equipe.fr
·1 min de lecture

Une enquête de Mediapart a conduit les dirigeants de la Solideo, l'établissement public chargé de la construction des ouvrages olympiques de Paris 2024, à suspendre trois salariés et à diligenter un audit. La Solideo fait face à une crise interne. Le journal en ligne Mediapart révèle ce dimanche qu'après l'envoi de questions de ses journalistes au sujet d'accusations de propos sexistes, homophobes et racistes au sein de l'établissement public chargé de la construction des ouvrages olympiques de Paris 2024, ses dirigeants ont décidé de suspendre trois salariés et de diligenter une enquête interne. Les noms de ces trois salariés n'ont pas été précisés mais la Solideo a précisé à Mediapart qu'en fonction des conclusions de l'audit, des mesures « individuelles qui s'imposeront seront prises et tous les enseignements seront tirés pour renforcer encore (le) dispositif. » Des accusations de propos discriminatoires Selon les témoignages et éléments recueillis par Mediapart, c'est au sein de la Direction des relations institutionnelles, de la communication et de la sécurité (Drics) que le problème se situe. Deux de ses responsables, Benoît Piguet (relations institutionnelles) et Jean-Marc Vidal (sécurité), sont visés par des accusations de propos discriminatoires, tous rapportés par des salariés. Ils n'ont pas répondu aux sollicitations de Medipart. La Direction générale avait déjà été alertée « par le passé », et le sujet avait été évoqué en CSE ainsi qu'en réunion de direction. La Solideo indique avoir prononcé à l'époque des « sanctions disciplinaires » et des « rappels à l'ordre. » L'audit diligenté après l'enquête de Mediapart pourrait amener ses dirigeants à prendre de nouvelles sanctions. lire aussi La Solideo prête pour les grands travaux