Tous sports - JO - Pas de vaccin chinois pour les athlètes japonais tant qu'il n'a pas été approuvé

L'Equipe.fr
·1 min de lecture

Tamayo Marukawa, la ministre japonaise en charge des Jeux Olympiques, a déclaré vendredi que les athlètes japonais ne se verraient pas administrer le vaccin proposé par la Chine tant que le Japon ne l'aurait pas approuvé. Une proposition qui avait été rendue publique jeudi par Thomas Bach, le président du CIO. Pas de vaccin chinois pour les athlètes japonais tant que la Japon ne l'a pas approuvé. Rapportée par la chaîne publique NHK, la réponse de Tamayo Marukawa, la ministre japonaise en charge des JO, à l'annonce faite par Thomas Bach jeudi, n'a pas tardé. Le président du CIO avait en effet déclaré, au cours de la deuxième journée de la 137e session du CIO, que la Chine souhaitait offrir des vaccins aux athlètes participant aux Jeux Olympiques de Tokyo 2021 et Pékin 2022. Les organisateurs auraient été surpris par une telle annonce, Toshiro Muto, le directeur général des Jeux de Tokyo (23 juillet-8 août), refusant de la commenter. Un vaccin pas encore approuvé non plus dans l'UE Lors d'une conférence de presse vendredi, la Ministre Marukawa a préféré insister sur le maintien de la ligne de conduite des organisateurs en matière de sécurité sanitaire. « Je pense que cette décision [de vacciner les athlètes avec les vaccins proposés par la Chine] appartiendra à chaque pays ayant approuvé les vaccins de la Chine », a-t-elle commenté, précisant qu'aucun laboratoire chinois n'avait déposé de demande de validation de vaccin au Japon. L'Union européenne, et donc la France, n'ont pas non plus approuvé de vaccin en provenance de Chine.