Tous sports - Laura Codruta Kövesi, du parquet au Parquet

·2 min de lecture

Laura Codruta Kövesi, procureure générale du Parquet européen et égérie anti-corruption, fut une basketteuse passionnée de bon niveau.

Ballon orange en main, elle aurait eu le sens du commandement de Céline Dumerc, l'abattage d'Isabelle Yacoubou et l'aura tout en ténacité de Sandrine Gruda. Mais, jeune adulte dans les années 1990, Laura Codruta Kövesi a choisi de délaisser le basket-ball pour mettre ses facultés au service de la magistrature. La Roumaine a escaladé à vitesse grand V les échelons dans son pays, se signalant par son intransigeance face aux élus corrompus et au crime organisé. Aujourd'hui, à 48 ans, elle commande le Parquet européen, basé à Luxembourg, qui vise à établir un espace transfrontalier de justice pénale dans vingt-deux pays de l'Union européenne.

Le but : récupérer les milliards d'euros de fonds européens, de TVA et d'aides diverses captés frauduleusement. Dans les portraits qu'elle lui consacre, la presse internationale signale à chaque fois le passé sportif de la magistrate, basketteuse acharnée de 7 à 22 ans. Son fait d'armes : une médaille d'argent à l'Euro cadettes en 1989 quand la Roumanie s'incline de peu (57-58) face à la Tchécoslovaquie.

Haute d'un bon mètre quatre-vingts, pivot de formation, Laura Codruta Lascu (son nom de jeune fille) a alors 16 ans et joue au CSS Medias, champion national de la catégorie. En mai 2020, le quotidien Gazeta Sporturilor a retrouvé son entraîneur de jeunesse Costel Tataru. « C'était une ado très déterminée. Si je lui demandais de répéter cent fois un geste, elle ne le faisait pas quatre-vingt-dix-neuf fois, même si je tournais le dos. »

Opérationnelle depuis un semestre, la procureure en chef du Parquet européen a déjà lancé plus de cinq cents enquêtes avec des effets tangibles : emprisonnement d'une ministre croate, condamnation d'un maire slovaque et bras de fer vainqueur face au gouvernement de Slovénie. Elle confirme sa réputation de dame de fer gagnée en Roumanie à la tête du Parquet anticorruption, quand elle faisait condamner des centaines de politiques et de fonctionnaires, à la fois icône pour ses compatriotes et ennemie jurée pour le Parti social-démocrate au pouvoir qui finira par obtenir son limogeage.

« Le basket est le sport le plus beau, racontait Laura Codruta Kövesi début 2020 dans le podcast SportED Talks. J'étais très active, très énergique, il m'a disciplinée, m'a appris l'équité, aussi à ne jamais abandonner afin d'obtenir un résultat, même sous les huées. À accepter que mon coach m'impose deux tours de terrain quand je loupais un lancer franc... C'était pour mon bien. » Débordée par le rythme des entraînements, alors inscrite à l'université de Cluj, la Roumaine abandonnera sa passion originelle en cinquième année de droit.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles