Tous sports - Vers des matches tests avec du public, les supporters optimistes sur la fin des huis clos

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Selon un sondage, une majorité de supporters espère retourner dans les stades et les arenas l'été prochain. Vendredi, la ministre déléguée aux Sports leur a donné de l'espoir en prônant des matches tests avec du public. Roxana Maracineanu sera à Lyon samedi pour en discuter avec l'OL, l'Asvel et le LOU rugby. Un temps espéré pour le 7 janvier dernier puis le 20 janvier, l'autorisation d'un retour du public dans les enceintes sportives a été repoussée « sine die » par le Premier ministre. Le bout du tunnel dans lequel le sport pro est entré depuis près d'un an est-il en train de se rapprocher, alors qu'un sondage, coordonné par l'Observatoire du Sport Business, révèle un optimisme certain chez les supporters, 7 sur 10 (69 %) espérant retourner dans les enceintes sportives au plus tard au 3e trimestre (cet été) et près de la moitié (48,2 %) des plus assidus (20 matches par saison et plus) avant même la fin de la saison ? Ce vendredi matin, la ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, a ouvert prudemment la voie à cette perspective en annonçant sur France Info des « expérimentations de reprise » des matches avec public. Objectif : roder les protocoles sanitaires afin d'être fin prêt à rouvrir stades et arenas lorsque la situation sanitaire le permettra. « Des protocoles bien sérieux, bien précis » Roxana Maracineanu a précisé qu'elle a rendez-vous samedi à Lyon avec les responsables de l'OL, de l'ASVEL et du LOU rugby « pour qu'on discute ensemble sur ces expérimentations possibles de reprise comme c'est le cas aujourd'hui pour la culture » (des concerts tests avec public sont prévus à Marseille et Paris en mars et avril, si le contexte sanitaire le permet). Les matches-tests se feraient avec une jauge limitée et « des protocoles bien sérieux, bien précis qu'ils (les clubs concernés) nous présenteront ». Selon le sondage en ligne Observatoire du Sport Business - Vertigo Research - YouGov réalisé les 20 et 21 janvier derniers, tous les publics interrogés (« grand public », « supporters » et « professionnels du sport ») tablent en majorité sur des jauges limitées à 50 % de la capacité des enceintes sportives. Les supporters se distinguent en se disant prêts pour 60 % d'entre eux à se rendre dans une enceinte non-couverte « sans limite » de capacité. Pour les enceintes couvertes, les professionnels du sport (clubs, ligues, fédérations, médias, annonceurs, distributeurs) sont les plus réticents à une réouverture sans limitation de fréquentation : moins d'un sur cinq (17,4 %) y serait favorable.

Moins de monde après la fin des huis clos ? Les « pros » sont aussi plus prudents que les supporters quant à un retour du public à court terme dans les enceintes sportives. Ils sont presque autant à anticiper un feu vert seulement au 4e trimestre voire début 2022 (34,8 %) que cet été (39,1 %). Une majorité des professionnels du sport interrogés (58 %) anticipe en outre une baisse de fréquentation à la fin des huis clos, une tendance que confirment les réponses des supporters les plus assidus qui seraient moitié moins (46,1 %) à fréquenter aussi souvent les enceintes sportives qu'avant la crise sanitaire. Vendredi, Roxana Maracineanu a ébauché la liste des protocoles sanitaires qui devront être « validés par la préfecture et l'ARS (Agence régionale de santé) » pour l'accompagnement du retour du public dans les enceintes au cours de la phase d'expérimentation. Ces protocoles pourraient inclure « la possibilité de faire des vaccins, de faire des tests beaucoup plus fortement qu'on ne pouvait le faire avant, la possibilité aussi d'avoir des QR codes pour pouvoir repérer les personnes qui ont été en contact et permettre (leur) isolement ». Supporters : oui au masque, non aux tests Une question du sondage de janvier portait aussi sur les dispositions sanitaires - mais pas toutes celles avancées par la ministre. La mise à disposition de gel hydroalcoolique et le port du masque emportent l'adhésion, de même, pour les supporters, l'installation de portiques de désinfection, les pros penchant davantage pour une limitation des capacités. À l'inverse, l'obligation de présenter un test négatif ou un éventuel passeport sanitaire ne convainc ni les supporters ni les pros interrogés. lire aussi Roxana Maracineanu va parler avec Jacques-Henri Eyraud (OM)