Tous sports - Face aux annonces d'Emmanuel Macron, la majorité satisfaite, l'opposition en réclame plus

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Les commentaires varient de droite à gauche de l'échiquier politique, après les propositions d'Emmanuel Macron aux acteurs du sport, qu'il a réunis mardi. De droite à gauche de l'échiquier politique, la plupart des parlementaires sensibilisés aux questions du sport ont réagi aux propositions présentées par Emmanuel Macron lors de sa rencontre de mardi avec le mouvement sportif. Le député LREM des Alpes-Maritimes Cédric Roussel salue ainsi les exonérations de charges décidées pour les clubs professionnels. « Cette mesure est une vraie bouffée d'oxygène pour la trésorerie des clubs », insiste-t-il. Son collègue LREM du Cher, François Cormier-Bouligeon, se félicite de la création du pass-sport. Il estime que « le président a entendu le message du mouvement sportif. La baisse de 30 % du nombre de licenciés dans les fédérations sportives et les pertes financières sont très inquiétantes. Ce pass-sport permettra aux jeunes de revenir vers les inscriptions en club dès que la situation sanitaire le permettra. » Dans un communiqué commun, les deux députés soulignent que l'ensemble des mesures constitue « une véritable prise en compte à 360° des enjeux nés de la diversité des structures sportives dans notre pays ». lire aussi Masseglia satisfait de sa rencontre avec Macron S'il reconnaît que la création d'un pass-sport est une bonne chose, le député Génération.s de la Loire Régis Juanico relève qu'à son sujet « La question du calendrier se pose ». « La problématique du montant financier alloué chaque année au pass-sport demeure, écrit-il dans un communiqué cosigné avec le sénateur socialiste de la Creuse Jean-Jacques Lozach. l'exécutif évoque un budget de 100 M€ par an sans en préciser ni la cible, ni le nombre de jeunes concernés ». « L'impact de la crise Covid-19 sur le plan financier et sociétal a clairement été sous-estimé au sommet de l'État », estime Régis Juanico, pour qui, le montant de 400 millions annoncé par le chef de l'État paraît « assez faible et sous-dimensionné ». « Le monde du sport mérite mieux, reprend de son côté le sénateur LR de l'Isère Michel Savin. Il y a les annonces et la réalité des chiffres qui ne sont pas à la hauteur des besoins du monde sportif amateur comme professionnel. Sur les 400 millions mis en avant, plus de 200 millions sont annoncés depuis plusieurs semaines et ont d'ores et déjà été adoptés par le Parlement ».