Tous sports - Orange bénéfique pour Paris 2024

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après BPCE et EDF, l'opérateur de télécommunication devient le troisième partenaire premium du COJO, qui annonce un total de 502 M€ de recettes sponsoring sur 1,1 Md € attendus.

Prévue avant le confinement, la signature du contrat entre Paris 2024 et Orange est officielle depuis ce jeudi, du haut du premier étage de la Tour Eiffel. Après le groupe bancaire BPCE, le 13 septembre 2018, EDF le 19 novembre 2019, Orange rejoint ainsi le premier niveau du sponsoring domestique du COJO.

À la grande satisfaction de la maire de Paris, Anne Hidalgo - présente aux côtés de Stéphane Richard, P.-D.G. d'Orange, et Tony Estanguet, patron du COJO - qui avait promis de faciliter l'arrivée de nouveaux partenaires après avoir dissuadé Total de s'engager dans l'aventure olympique, en juin 2019, pour préserver l'image de Jeux écolos.

lire aussi
Toute l'actu de Paris 2024

Partenaire de l'Euro 2016, co-namer du Vélodrome de Marseille, sponsor du Tour de France et de Roland-Garros, Orange était associé à la candidature de Paris 2024 et son engagement auprès du COJO dans les tuyaux depuis plusieurs mois, sous l'amicale pression des pouvoirs publics dit-on.

Le nouveau partenaire aux 42 Mds € de chiffre d'affaires sera aussi fournisseur de télécommunication et installera des réseaux très haut débit fixe et mobile dans chaque site de compétition. Le premier de ces sites sera le futur siège de Paris 2024 qui s'installera à Saint-Denis en 2021.

Budget financé à 97 % par des recettes privées
L'arrivée d'Orange est une bonne nouvelle pour le COJO à l'heure où la révision de la carte des sites olympiques, pour ne pas dépasser le budget de 3,8 Mds €, fait grincer des dents les collectivités et les fédérations internationales et nationales. « Notre budget est financé à 97 % par des recettes privées », a encore répété Tony Estanguet, mercredi, à la sortie du conseil d'administration de Paris 2024. « On reste serein pour atteindre ce budget puisque 502 M€ ont déjà été levés au cours des deux dernières années avec nos partenaires », annonçait le triple champion olympique.

À Orange, qui a signé un chèque proche de 100 M€, en cash et en services, vont ainsi s'ajouter avant la fin 2020 deux nouveaux partenaires de rang 2, aux côtés du Coq Sportif et de la FDJ, portant le nombre de partenaires nationaux à sept, sur une trentaine attendus. S'y ajoutent les quatorze sponsors internationaux du CIO.

« Il nous reste encore quatre ans pour faire la moitié du chemin. Nous sommes en ligne, voire légèrement au-dessus, de ce que l'on imaginait ; et puis c'est un montant jamais atteint sur le marché français pour un événement sportif, même si les derniers JO remontent à 100 ans à Paris », détaille Marlène Masure, directrice du marketing de Paris 2024.

Si le comité avait caressé l'idée de dépasser le 1,1 Md € de recettes sponsoring, ce montant est devenu un objectif ambitieux post-crise sanitaire. « Les marques qui nous rejoignent comprennent la force des JO, des anneaux, des valeurs véhiculées par l'olympisme », poursuit la dirigeante qui a succédé à Frédéric Longuépée en 2019.

Elle précise qu'elle et ses équipes discutent en parallèle avec des entreprises intéressées par les trois rangs, premium, partenaires officiels et fournisseurs, tout en s'appuyant sur des agences à l'international. Si les entreprises ont pour l'instant l'exclusivité dans leur domaine, le COJO n'exclut pas de faire comme Tokyo 2020 en ouvrant une même catégorie à plusieurs sponsors.

lire aussi
Estanguet : « Une carte des sites réduite »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles