Tous sports - Paris 2024 - Castex : « Pas le droit à l'erreur » pour l'organisation des Jeux de Paris 2024

·3 min de lecture

Après avoir présidé un comité interministériel sur les Jeux Olympiques et Paralympiques, lundi matin au Bourget (Seine-Saint-Denis), le Premier ministre a rappelé les objectifs fixés aux membres du Gouvernement pour leur bon déroulement. « Nous n'avons pas le droit à l'erreur », a annoncé le Premier ministre Jean Castex, lundi matin, sur le chantier du centre aquatique olympique situé en face du Stade de France à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). « On ne peut pas se louper, nous avons accueilli les derniers Jeux il y a cent ans, il faut être au rendez-vous du monde », a poursuivi le chef du Gouvernement. Deux heures plus tôt, l'ancien délégué interministériel aux Jeux Olympiques et Paralympiques a présidé un comité interministériel au Bourget, sur la plaine des Sports qui va accueillir l'épreuve d'escalade lors de l'été 2024, en présence d'une dizaine de ministres. Timing et budget maîtrisés « J'ai demandé aux membres du Gouvernement de tenir le calendrier », a annoncé Jean Castex qui a rappelé que malgré la pandémie, les ouvrages étaient dans les temps, comme en témoignent les travaux du centre aquatique olympique ou encore du village olympique et paralympique sur le chantier duquel le chef de l'Etat s'est rendu lundi matin. « Les budgets doivent être tenus » a-t-il insisté.

« Aux yeux de nos concitoyens, les Jeux sont souvent associés aux dépenses, voire à la gabegie »
, a-t-il estimé. Il a souligné que malgré la raréfaction de certaines matières premières, il faudra rester dans les clous pour la fin de la construction. Jean Castex a également insisté sur la « transparence et la concertation », en souhaitant « associer davantage le peuple de France à la conduite de ce projet » même s'« il y aura toujours des contestations et des recours ». La sécurité au coeur des Jeux Présentée comme le quatrième objectif, la sécurité est bien l'un des enjeux principaux des Jeux. « La sécurité de ces Jeux doit être parfaitement assurée, cela va de soi mais cela va mieux en le disant », a expliqué le Premier ministre en soulignant l'attention particulière apportée à la cyber sécurité. « Nous devons y mettre les moyens » a-t-il souligné.

À propos de la cérémonie d'ouverture sur la Seine, annoncée dans nos colonnes par le président de la République à Tokyo et qui crispe le ministère de l'Intérieur, Jean Castex a expliqué avoir demandé au ministre Gérald Darmanin, présent lundi matin, de « faire des propositions avec un calendrier fin 2021 pour la cérémonie d'ouverture » et « au plus tard en juin 2022 pour l'ensemble des sites » des Jeux Olympiques et Paralympiques.

Le comité Paris 2024 doit en effet présenter un schéma de la cérémonie d'ouverture du 26 juillet 2024 lors de son dernier conseil d'administration de l'année le 13 décembre. « Nous manquons d'agents », a souligné le Premier ministre qui a confirmé le plus large recours aux agents de la sécurité privée pour assurer la protection des sites. Un certificat de qualification professionnelle spécifique aux Jeux sera ainsi créé. Plus de médailles « Nous jouons à domicile », a souri le Premier ministre pour parler de l'objectif de décrocher des médailles en 2024. « Je me garderai bien de fixer des objectifs quantitatifs », a-t-il poursuivi alors que le chiffre de quatre-vingt médailles lancé par l'ancienne ministre des Sports Laura Flessel et repris par Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale et des Sports, n'a jamais été repris par Claude Onesta. Jean Castex a ainsi rappelé l'enveloppe supplémentaire de 10 M€ attribuée le mois dernier au manager de la haute performance au sein de l'Agence nationale du sport. « Pour que la préparation de nos athlètes soit la plus optimale possible » a souligné Jean Castex. « C'est un point central. Les Jeux Olympiques et Paralympiques doivent être un grand moment de fierté nationale », a-t-il martelé. Une partie du ministère de l'Intérieur au village olympique et paralympique après les Jeux 2 500 agents du ministère de l'Intérieur vont s'installer sur une partie du village olympique à partir de 2026, dans la halle Maxwell plus précisément, a annoncé Jean Castex. Suite au désistement d'un investisseur, la Solideo était à la recherche d'un nouvel occupant depuis plusieurs mois. C'est chose faite avec les bureaux du ministère de l'Intérieur, situés dans le 12e arrondissement parisien, qui seront transférés en Seine-Saint-Denis. Le coût total du projet s'établit à 340 M€ dont 290 M€ pour la vente du terrain qui interviendra mi-décembre. « L'enjeu est de réussir l'intégration urbaine pour que les salariés du ministère aient envie de rester quelque temps à Saint-Denis après leur travail, voire de s'y installer », a expliqué le maire de la ville Mathieu Hanotin.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles