Tous sports - Paris 2024, mode d'emplois

·3 min de lecture

Le comité d'organisation des Jeux de Paris 2024 a réuni, jeudi en son siège, l'ensemble des acteurs impliqués dans les retombées économiques des Jeux. Des cris, des encouragements, des applaudissements et des sourires sur les visages. Paris 2024 a transformé, jeudi, le mini-parc en face de son siège dyonisien en terrain d'athlétisme pour des épreuves un peu particulières. Au départ des courses et défis sportifs, des demandeurs d'emploi et des chargés de recrutement du COJO, de Décathlon et EDF, partenaires du comité, qui ne se connaissent pas. Après le déjeuner, chacun a enlevé son maillot et s'est présenté pour participer à un job dating plus classique qui consiste à faire se rencontrer candidats et recruteurs sur un temps court.

Le concept, imaginé par Philippe Lamblin, ancien président de la Fédération française d'athlétisme et aujourd'hui délégué aux emplois au sein de la préfecture des Hauts-de-France et du Nord, a séduit Paris 2024. « Ça cartonne », sourit Marie Barsacq, directrice impact et héritage, en expliquant que les épreuves permettent de déceler « les qualités des demandeurs d'emploi comme l'esprit d'équipe, le leadership, l'esprit d'initiative et pas seulement les aptitudes physiques ». Le COJO travaille avec Pole emploi, l'Agence nationale du Sport et la FFA sur cette initiative lancée en décembre 2019 mais retardée par la pandémie. 100 jobs dating prévus en 2022 Le taux de réussite est encourageant puisque 64 % des participants au job dating version sport ont décroché un CDI dans les six mois contre 50 à 60 % dans un job dating classique. « Nous allons organiser 50 jobs dating cette année et 100 en 2022 », annonce Marie Barsacq en précisant que plusieurs fédérations vont se joindre au dispositif dont la fédération de badminton. Le job dating est l'un des nombreux moyens de Paris 2024 et de l'ensemble des acteurs des Jeux de se mobiliser pour l'emploi. Ils étaient ainsi plus d'une centaine de décideurs réunis jeudi au siège du COJO pour faire un point d'étape. 12 000 Les offres d'emploi liées aux Jeux proposées sur la plateforme Emplois2024 de Pole emploi, ouverte depuis mercredi et destinée aux entreprises qui travaillent directement ou indirectement pour l'organisation des Jeux. « Les Jeux doivent avoir le visage de ce qui se fait le mieux en matière d'emploi » a rappelé Tony Estanguet, président de Paris 2024 en introduction, avant que les acteurs n'énumèrent les différents engagements pris pour associer les habitants de Seine-Saint-Denis, les personnes les plus éloignées de l'emploi et les PME TPE et sociétés de l'économie sociale et solidaire. « Jamais dans l'histoire des Jeux olympiques n'avaient été intégrés des objectifs sociaux », a ainsi souligné Bernard Thibault, ancien secrétaire général de la CGT et administrateur de Paris 2024. Christophe Lepetit, responsable des études économiques du CDES « Paris 2024 peut être un appel d'air pour la relance dans les secteurs de l'événementiel et aussi touristique » La cartographie des emplois induits par les Jeux, et présentée en 2019 par le Centre de droit et d'économie du sport de Limoges (CDES) et le cabinet Amnyos, est en cours d'actualisation mais les 150 000 emplois annoncés à l'époque reste d'actualité. « Paris 2024 peut être un appel d'air pour la relance dans les secteurs de l'événementiel et aussi touristique », a expliqué Christophe Lepetit, responsable des études économiques du CDES. lire aussi Paris 2024 : les volontaires ont la flamme Michel Cadot, délégué interministériel aux Jeux olympiques et paralympiques a souhaité que ces emplois soient « pérennes et durables » et s'inscrivent dans « un vrai parcours professionnel ». Nicolas Ferrand, directeur général de la société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo) a souligné que 839 PME et TPE travaillaient déjà pour les Jeux et que 1 000 personnes éloignées de l'emploi seraient employées sur les marchés liés à l'organisation de l'événement d'ici l'été prochain.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles