Tous sports - Le pass'sport ne met pas tout le monde d'accord

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Validé en novembre dernier par le président Macron pour une enveloppe de 100 millions d'euros, le pass'sport fait l'objet d'une contestation du mouvement sportif tel qu'il est envisagé. Après le feu vert du Premier ministre Jean Castex le 5 septembre dernier, c'est le chef de l'État Emmanuel Macron qui a donné le coup d'envoi du pass'sport le 17 novembre lors d'une réunion avec les acteurs du sport. Dans la foulée, le président de la République a promis une enveloppe de 100 millions d'euros pour ce dispositif qui consiste en une aide financière pour l'achat d'une licence sportive par des jeunes, calquée sur le pass'culture. Une somme qui est bien budgétée, souligne-t-on dans l'entourage du Président, même si elle ne fait pas l'objet d'une ligne dédiée dans le projet de loi de finance rectificative. 5 millions de jeunes concernés Au-delà des 100 millions d'euros appréciés par les acteurs du sport, ce sont plutôt les conditions d'attribution du dispositif, discutées lors d'une réunion interministérielle avec l'Agence nationale du sport et le mouvement sportif, qui posent problème à ce dernier. Dans une note envoyée à l'ensemble des fédérations, et présentée à Jean-Michel Blanquer et Roxana Maracineanu, respectivement ministre et ministre déléguée aux Sports, le Comité national olympique et sportif français estime en effet que les modalités décidées mettent carrément le projet « en danger ». Il émet des doutes sur le critère retenu du plafond familial de 600 euros pour en bénéficier, sur le nombre de bénéficiaires mais aussi sur le système choisi, le compte Asso, qui n'est utilisé que par 25 000 clubs sur 165 000 au total, souligne-t-il. Pour revenir « à l'esprit du 17 novembre », le comité olympique « propose que soient éligibles toutes les familles bénéficiaires de l'allocation de rentrée scolaire. Cela concernera 3 millions de familles et 5 millions de jeunes, âgés de 6 à 18 ans », écrit-il. Il demande aussi l'élargissement aux personnes en situation de handicap de moins de trente ans comme évoqué au départ. lire aussi Jean-Michel Blanquer a reçu les représentants du mouvement sportif Pour mieux coller aux besoins et prendre en compte les licenciés dans les fédérations scolaires, le mouvement sportif aimerait que le pass'sport soit de 40 euros, et non 50 euros comme prévu initialement, pour toucher 5 millions de jeunes au lieu de 2 millions. Afin de simplifier la démarche pour les clubs, le CNOSF suggère que « sur présentation du courrier de la CAF, la famille d'un jeune bénéficie d'une réduction de cotisation lors de l'adhésion au club. Le club établit chaque mois un relevé de réductions Pass'Sport et le transmet à la fédération qui en déduit le montant du relevé licences ». Et de conclure : « Mettons fin au plus vite à l'envie de nouvelles contraintes, comme celle d'une éventuelle charte que devraient signer les clubs, en faisant confiance aux fédérations et à leurs clubs ». Contacté, le président du CNOSF Denis Masseglia n'a pas souhaité commenter cette note adressée aux fédérations et acteurs du sport. Les parlementaires en veulent plus En mai 2019, le sénateur (socialiste) de la Creuse Jean-Jacques Lozach et le député (Génération. s) de la Loire Régis Juanico, proposaient déjà un pass' sport de 500 € pour 800 000 jeunes de 14 à 20 ans et un montant de 400 millions d'euros. « Le dispositif envisagé est clairement sous-dimensionné », écrivaient-ils le mois dernier en réclamant du Gouvernement que des décisions soient prises « afin de lancer sans délai le déploiement de ce Pass ».

Pour ce faire, ils sollicitent « l'inscription de 250 millions d'euros dans la loi de finances rectificative de juin » et estiment que « le partenariat envisagé avec les collectivités territoriales constitue un véritable enjeu pour la réussite du dispositif ». De nombreuses villes ont mis en place des coupons sport pour aider les familles à inscrire leurs enfants dans des clubs mais aussi des associations culturelles.