Tous sports - Les présidents de fédération en colère sur la question des CTS

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Quatre-vingt-six présidents de fédération ont adressé une lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer, leur ministre de tutelle, au sujet du sort des Conseillers techniques sportifs. Quatre-vingt-six présidents de fédération ont adressé mercredi une lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports. Ils y expriment leur « désarroi » et leur « colère » face à la suppression, le transfert et le gel de 120 postes de Conseillers techniques sportifs (CTS). Une lettre assortie « d'une demande urgente de rendez-vous ». Alerté par le président de l'Association des DTN Ludovic Royé, le président du CNOSF Denis Masseglia avait convoqué lundi une réunion des présidents de fédération. Un groupe de travail avait été constitué qui a abouti mercredi à l'envoi de cette missive à Jean-Michel Blanquer, et non pas à la ministre déléguée aux Sports Roxana Maracineanu. Dans le contexte difficile où la plupart se trouvent suite à la crise sanitaire, les signataires dénoncent « un nouveau désengagement de l'État », « un coup dur », regrettant de « ne pas être entendu ». Le ministère plaide la mauvaise interprétation Au ministère des Sports, on plaide avant tout une mauvaise interprétation des choses. Insistant sur le fait que seuls 38 postes sont réellement supprimés, les autres étant réaffectés ou en attente de l'être (éventuellement dans des fédérations), certains à l'Agence Nationale du Sport (10), d'autres aux CREPS (20). Dans leur courrier, les quatre-vingt-six présidents réclament la restitution aux fédérations de ces 30 CTS. La lettre ouverte s'en prend également aux conditions d'attribution du pass'sport (50 euros qui doivent être attribués pour aider au retour des enfants vers le sport). « Avant même son lancement, écrivent-ils, nous sommes déjà tous convaincus que les conditions d'obtention du pass'sport (familles avec un quotient familial inférieur ou égal à 600 €), trop restreintes, ne permettront pas d'atteindre l'objectif de rendre la pratique sportive accessible à 1,8 million de jeunes, en particulier au sein d'un club affilié ».