Tous sports - Un sénateur propose une défiscalisation des cotisations

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

À l'initiative du sénateur du Doubs, Jacques Grosperrin, une proposition de défiscalisation des cotisations et des adhésions en dons a été soumise à la ministre déléguée en charge des Sports, Roxana Maracineanu, face à la crise qui frappe les associations, les clubs et les pratiquants. Alors que la crise sanitaire doublée d'une crise économique affecte de plus en plus les comptes des clubs et des associations, quelques idées sont à l'étude pour soulager le monde amateur. Si les professionnels, notamment dans le football, vont tirer la sonnette de l'État pour obtenir davantage d'aides en plus des PGE (prêts garantis par l'État) ou autres aménagements déjà obtenus comme le chômage partiel, les clubs amateurs et associations rament de plus en plus dans le vide avec la menace de disparaître. « Tous s'interrogent sur leur avenir à court terme avec la suspension des activités liées au Covid-19 et la disparition d'autres recettes, souligne Jacques Grosperrin, sénateur Les Républicains du Doubs. Il faut donc soutenir les associations sportives qui font également face à une chute significative des cotisations et à de nombreuses demandes de remboursement. » Lors d'une séance publique au Sénat, le 9 février dernier, Jacques Grosperrin (65 ans) a interpellé Roxana Maracineanu, la ministre déléguée en charge des Sports, lors des questions orales. La proposition de ce professeur de sports agrégé en éducation physique est notamment de « convertir les cotisations et adhésions en dons. » Cette démarche « ouvrirait la possibilité pour les adhérents de bénéficier d'un crédit d'impôts, insiste ce professeur de judo émérite et 6e dan. Elle inciterait aussi les adhérents à peut-être rester dans les clubs qui sont en grande souffrance. » Une baisse des cotisations de l'ordre de 30 % en 2020 Cette défiscalisation pourrait intervenir à hauteur de 70 % du prix. Seules les licences peuvent l'être actuellement et uniquement quand les associations et clubs sont reconnus d'utilité publique. Les cotisations échappent majoritairement à cette possibilité qui serait un signal fort envers les adhérents et les structures « qui enregistrent déjà une baisse de l'ordre de 30 % de cotisations sur l'année 2020. La situation devient dramatique pour les pratiquants, tous les sportifs et les bénévoles », prévient le Sénateur du Doubs qui veut aussi accompagner la reprise sportive « qui sera très difficile » avec cette possible formule fiscale. La ministre s'est engagée à plaider cette cause tout en soulignant qu'un dispositif semblable est à l'étude avec déjà des prestations et aides diverses auxquelles les associations et fédérations peuvent prétendre à ce jour. Soutenu par d'autres parlementaires et de nombreux élus locaux, Jacques Grosperrin veut revenir rapidement à la charge face à la grande souffrance du monde sportif d'en bas.