Tous sports - La session du CIO adopte l'agenda 2020 + 5 à l'unanimité

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Ce programme de réformes constitue selon les mots de Thomas Bach « la vision (du CIO) pour l'avenir du monde olympique » La 137e session du CIO tenue en visioconférence a adopté vendredi à l'unanimité l'agenda 2020 + 5, présenté par Thomas Bach, réélu mercredi à la présidence de l'instance pour un second et dernier mandat de 4 ans.« C'est notre vision pour l'avenir du monde olympique », a insisté l'Allemand. L'Agenda 2020 + 5 est le prolongement de l'agenda 2020. Il s'agit de dizaines de recommandations regroupées en 15 chapitres dont certaines sont d'ores et déjà en cours d'application. Exemple type, les Jeux de Paris 2024 sont en avance sur leur temps quand le CIO préconise d'organiser des épreuves et des cérémonies hors stade ou de faire en sorte que le public puisse participer aux Jeux. Une volonté de s'ouvrir sur les sports virtuels On retrouve dans ce nouveau texte de référence tous les fondamentaux de l'agenda 2020, des préoccupations de bonne gouvernance à la lutte contre le dopage, en passant par la place des femmes, avec toujours les athlètes en priorité numéro 1. Le document veut se tourner vers les athlètes, la jeunesse et le monde de demain. Il insiste sur l'importance accordée à la voix des athlètes et fait une large part à la numérisation. Sur un plan purement sportif, le CIO entend également travailler de plus près avec les ligues professionnelles pour assurer la présence des meilleurs athlètes aux Jeux. L'Agenda 2020 + 5 vise aussi à la rationalisation du calendrier avec, entre autres, des nouvelles épreuves de qualification olympique à caractère multisports. lire aussi Paris 2024 invite les fédérations non olympiques Toujours dans son désir de se tourner vers les jeunes, le CIO marque sa volonté de s'engager davantage auprès des communautés des jeux vidéo et d'encourager le développement des sports virtuels. Il y est en particulier évoquer « la possibilité d'envisager l'ajout de sports physiques virtuels au programme olympique ».