Tous sports - La Suède accuse la Russie de cyberattaques visant à discréditer ses athlètes en 2017 et 2018

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

La Suède a accusé mardi la Russie d'avoir procédé à plusieurs cyberattaques contre certains de ses athlètes, trois et quatre ans plus tôt. Les autorités suédoises ont accusé mardi le renseignement militaire russe d'avoir été à l'origine de plusieurs cyberattaques contre la principale confédération sportive de leur pays, afin de tenter de discréditer leurs athlètes. Les infractions présumées ont eu lieu entre décembre 2017 et mai 2018, lors desquelles les pirates sont suspectés d'avoir accédé aux données personnelles de plusieurs athlètes suédois, notamment des dossiers médicaux, selon l'agence suédoise de renseignement intérieur et d'antiterrorisme (Säpo). Selon le service suédois, les pirates informatiques à l'origine des attaques contre la Confédération suédoise des sports émanent du 85e Centre principal des services spéciaux (GTsSS) du service de renseignement militaire russe (GRU), également connu sous le nom de APT28 ou Fancy Bear. « Le piratage présumé des données[...] est un exemple de l'utilisation du sport pour renforcer l'image de son propre pays tout en discréditant d'autres pays et leurs athlètes », a souligné Daniel Stenling, chef du contre-espionnage à la Säpo, dans un communiqué. Olivia Schough parmi les athlètes visés Peu de noms d'athlètes suédois visés ont filtré, mais la footballeuse Olivia Schough (finaliste des JO 2016 et troisième de la Coupe du monde 2019) en fait partie, selon le quotidien suédois Aftonbladet. Les cyberattaques visant la Confédération « faisaient partie d'une campagne russe ciblant les organisations nationales et internationales de lutte contre le dopage, comme l'agence mondiale antidopage (AMA) ou l'agence américaine (USADA) », a déclaré le procureur Mats Ljungqvist. Le parquet suédois a toutefois expliqué avoir dû abandonner l'enquête judiciaire « en raison de l'absence des conditions préalables nécessaires pour engager une procédure judiciaire à l'étranger ou une extradition vers la Suède. » Des hackers du GRU inculpés aux États-Unis en 2018 En raison d'un vaste scandale de dopage et de corruption, la Fédération russe d'athlétisme est suspendue de compétition internationale depuis 2015, et le Tribunal arbitral du sport (TAS) a suspendu la Russie de toutes les compétitions internationales jusqu'à la fin 2022. En 2018, la justice américaine avait annoncé inculper sept pirates informatiques présumés du GRU, accusés d'avoir cherché à venger leur pays en divulguant en 2016, entre autres, le nom de dizaines d'athlètes bénéficiant d'autorisations d'usage à des fins thérapeutiques (AUT) leur permettant d'utiliser des produits interdits. Opération de représailles Parmi eux, figuraient les Américaines Serena et Venus Williams (tennis), Simone Biles (gymnastique), Elena Delle Donne (basket), les Britanniques Chris Froome, Bradley Wiggins (cyclisme) et Mo Farah (athlétisme) ou encore l'Espagnol Rafael Nadal (tennis). Selon le parquet américain, les fuites visaient à exercer des représailles, compromettre et délégitimer les efforts de l'AMA dans sa lutte contre le dopage.