Les sprinteurs français à l'heure en séries aux Mondiaux de Budapest

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Réveil un peu difficile pour Florent Manaudou lors des séries du 50 m mais il passe en demies. (S. Boué/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Florent Manaudou et Maxime Grousset sont passés en demies du 50 m NL. Comme Marie Wattel et Mélanie Henique sur 50 m papillon et Emma Terebo sur 200 m dos. Le relais 4x200 m s'est qualifié pour la finale.

Les sprinteurs ont réveillé la Duna Arena ce jeudi matin. Auréolé de sa médaille d'argent sur 100 m NL de la veille, Maxime Grousset a bien géré l'enchaînement avec les séries du 50 m NL en signant le 10e chrono (21''97). « C'était bien. Un peu dur de trouver ma nage ce (jeudi) matin mais au final, je fais moins de 22'' (21''97) et je passe en demi-finales, donc c'est cool, se réjouit le Néo-Calédonien. J'ai mis un peu de temps à trouver le sommeil mais après, j'ai bien dormi. J'ai essayé de me concentrer sur le 50 parce que la compétition est loin d'être terminée pour moi. »

lire aussi

Grousset pas loin du sommet

Dans la même série que son cadet, Florent Manaudou a connu un peu plus de difficultés au réveil. Le champion olympique a réalisé le 13e temps en 22''04 : « C'est comme un matin... Je ne suis pas trop réveillé, le but était de passer en demies et ce sera chaud ce soir (demies à 18h42), ça va être serré. Je relâche un peu aux 35 mètres et je n'aurais peut-être pas dû parce qu'ensuite, je ne peux pas accélérer. Mais on verra ce que ça donne ce soir. C'était un peu long, j'avais très envie de voir ce que ça donne, mais c'est génial de pouvoir partager des émotions avec les autres nageurs de l'équipe de France. »

Henique a craint la disqualification

Sur 50 m papillon, les Marseillaises étaient aussi côte à côte. Mélanie Henique a réussi son entrée dans la compétition avec le 3e chrono (25''61) et une qualification pour les demi-finales (19h11). Le temps commençait à se faire long pour la co-capitaine de l'équipe de France : « C'est bien mais je n'ai pas voulu trop en mettre, précisait-elle. J'ai voulu faire pile ce qu'il fallait. Je savais que ça allait passer parce que je répète plusieurs fois ça à l'entraînement. Il y a beaucoup de choses qui peuvent être beaucoup mieux. Je pense au départ et à la coulée. J'ai cru faire un départ anticipé, il s'est passé un truc et du coup j'y ai pensé toute la course, je me suis dit "putain j'espère que je ne suis pas disqualifiée, ce serait con quand même (rire)".

lire aussi

Tous les résultats des Mondiaux

Marchand attendu pour la finale du relais 4x200 m

Pour Marie Wattel, l'enchaînement devient compliqué mais elle est aussi venue pour apprendre. La vice-championne du monde du 100 m papillon s'accroche et a décroché sa place en demies avec le 8e temps (26''01). « J'essaie de voir course par course mais c'est vrai que c'est un peu compliqué, a-t-elle commenté. On est au 6e jour de compète, ce n'est pas la même forme qu'au début. Je vais essayer de m'accrocher ce soir pour aller chercher une finale sur 50 pap et je pense que le jour d'après, j'aurai un peu plus de fraîcheur. Il faut que j'aille décrocher cette place. Sur 100 crawl (finale à 18h02), je vais essayer d'aller grappiller une ou deux places. Je suis allée chercher une médaille et tant mieux pour moi, mais l'objectif principal est d'apprendre et de tirer de l'expérience sur l'enchaînement des courses, le switch entre le pap et le crawl, le 50 et le 100 m. »

En forme, Emma Terebo est aussi allée chercher sa place en demi-finales (à 18h52) avec le 8e chrono des séries du 200 m dos. Le relais français du 4x200 m composé de Jordan Pothain, Hadrien Salvan, Roman Fuchs et Enzo Tesic a décroché son ticket pour la finale (19h37) avec le 7e temps (7'09''95). Ce soir, Léon Marchand devrait venir renforcer l'équipe de France. En revanche, ce n'est pas passé pour Clément Secchi sur 100 m papillon.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles