Squash - T. des champions - Tournoi des champions : Grégory Gaultier battu mais convaincant à New York

L'Equipe.fr
L’Equipe

Vendredi à New York, l'ancien n°1 mondial a effectué un retour gagnant sur le circuit pro après une absence de quinze mois sur blessure, avant d'être éliminé le lendemain en huitièmes. À 37 ans, le Français a montré de superbes restes. Qu'espérer à 37 ans, dans un sport aussi physique que le squash après une double opération au genou droit avec, à la clé, une absence des courts de plus d'un an ? Grégory Gaultier, le champion du monde 2015, a répondu de façon éclatante. En dominant en cinq jeux et 78 minutes l'Égyptien Omar Mosaad, celui-là même qu'il avait battu en finale mondiale. Le sculptural égyptien au profil de pharaon était un test de première grandeur. Certes, en cinq ans, le Cairote est redescendu de la 3e à la 16e place mondiale, mais il a montré lors du Mondial de novembre un niveau très intéressant en obtenant plusieurs balles de match contre le Néo-Zélandais Paul Coll, futur finaliste. Toute l'actu du squash Gaultier, qui jouait à New York avec un classement protégé de n°12 mondial (il était n°7 au moment de sa blessure), a montré qu'il n'avait quasiment rien perdu de sa phénoménale couverture de terrain. C'était la crainte principale, vu son âge. En revanche, il a montré un déchet inhabituel sur des fautes directes, preuve que les automatismes ont souffert de sa longue inaction. En décembre, à l'occasion du Mondial par équipe, on avait pu avoir déjà un bon aperçu de la qualité de son come-back. Il avait ainsi battu l'Anglais James Willstrop, ancien n°1 mondial et, lui aussi, toujours vert malgré ses 36 ans. Mais une défaite contre le jeune Espagnol Iker Pajares avait aussi prouvé que sa longue mise à l'écart avait laissé des traces. Dimanche, on a pu vérifier que le Français devra faire un effort d'adaptation face aux jeunes joueurs qui ont émergé durant sa convalescence. Sa rencontre avec le tout jeune Égyptien Mostafa Asal a prouvé qu'il faudra le meilleur Gaultier pour espérer retourner dans le top 10. À 18 ans, Asal est un phénomène. Non seulement à cause de son look décalé, avec sa visière de protection et ses chaussures bicolores. Le double champion du monde juniors, à la différence de la plupart de ses compatriotes, ne rechigne pas à faire le spectacle. Résultats Et ce fut un régal, dimanche soir autour du court monté comme tous les ans dans la gare centrale de New York. Les gradins étaient combles et le public comblé. Gaultier fit des sauvetages insensés, et Asal, avec l'insolence de ses dix-huit printemps, offrit des attaques dans le nick tout aussi insensées. Gaultier perdit sans doute le match dans le deuxième jeu quand il ne put conclure sur ses trois balles de jeu. Grégory Gaultier, après sa victoire face à Omar Mosaad «C'est un rêve, je suis un gamin à nouveau ! » Et au début du cinquième, il creusa son trou par des fautes directes (5-11, 13-11, 12-10, 10-12, 11-5). Il avait néanmoins largement montré au cours de cet affrontement de 75 minutes qu'il avait encore de quoi jouer les trouble-fête dans le gratin mondial. À sa sortie du court lors de son succès sur Mosaad, il avait confié au speaker : « C'est un rêve, je suis un gamin à nouveau ! Quand vous êtes cassé pendant quinze mois et que les gens vous disent que vous ne reviendrez jamais et que vous ne referez plus jamais de sport de votre vie, je me disais alors "je pense qu'il parle à la mauvaise personne". J'ai continué à travailler dur et à croire que je pouvais le faire. À un certain point, il fallait se dire "vas-y ! Fais-le, rejoue !" Je m'entraînais dans la douleur, puis cette douleur a commencé à diminuer. Ce n'est pas encore tout à fait ça, mais j'ai réussi à revenir à un niveau décent. Je ne suis pas là où j'étais il y a deux ans mais je pense que j'ai le potentiel pour réussir mon come-back et faire encore de belles choses. » Il l'a démontré, même dans sa défaite contre Asal.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi