Squash - Tournoi des champions - Tournoi des champions : une tâche pharaonique pour Serme

L'Equipe.fr
L’Equipe

Après avoir sorti en quart, la numéro 1 mondiale Raneem El Welily, Camille Serme affronte, dans la nuit de jeudi à vendredi à New York, Nouran Gohar, une autre redoutable Égyptienne. Après neuf défaites d'affilée (en match à trois jeux gagnants) face à El Welily, Camille Serme a enfin gravi son Everest égyptien. Ce fut un match bien fait pour souligner les vertus de combattante de la Française. Qui fut menée deux jeux à un, mais qui trouva les ressources pour venir enfin à bout d'une championne qui la bloquait depuis 2013. Qu'a-t-elle fait de différent cette fois pour résoudre le problème ? L'ancienne championne du monde a la meilleure main du circuit féminin. C'est dire qu'il ne faut surtout pas la laisser placer ses coups. Mais ça, Camille Serme le sait depuis longtemps. Sur le court vitré placé dans la gare centrale de New York, elle a cette fois mis en place tous les morceaux du puzzle. « Camille a souvent été proche de battre Raneem, la dernière étant en finale de la « World Series » au Caire en juin, rappelle son entraîneur et entraîneur national Philippe Signoret. Et souvent Raneem a fini par lui passer devant en fin de match. La nouveauté dans ce match c'est que l'on a beaucoup travaillé sur la faculté de se dépasser dans les moments difficiles. Comprendre que l'on fait un sport complet qui permet d'être moins bien physiquement mais jouer juste. Je rajouterai aussi que l'on travaille beaucoup plus les coups d'attaque en situation de jeu. Avant le cinquième jeu, je lui ai dit que pour battre la n°1 mondiale il fallait oser, tenter des choses. » Et elle a osé en effet, empochant ce succès libérateur en 59 minutes (13-15, 11-4, 7-11, 11-5, 11-6). Philippe Signoret, entraîneur de Camille Serme « Pour sa demi-finale, il faudra que Camille contrôle la puissance de Gohar en étant assez tôt sur ses balles (...) Il faut stopper la machine à parpaings ! » Mais les travaux d'Hercule de la Cristolienne ne sont pas finis. Comme toujours, un tournoi du plus haut niveau du circuit consiste en une course d'obstacles sans fin contre les représentants de l'Égypte. Ils sont quatre « des bords du Nil » dans le dernier carré masculin. Deux Égyptiennes sont aussi dans le dernier carré féminin. Camille Serme, qui s'est extirpée de la technique infernale de El Welily doit maintenant composer avec la puissance non moins brutale de Nouran Gohar. La Française a perdu ses trois dernières rencontres en trois jeux gagnants face à la Cairote qui a fait ses études au lycée français du Caire. Quelle issue pour la leçon de squash ? Il faudra que ce soit un scénario à la « Cairote et le bâton ». C'est Philippe Signoret qui le dit : « Pour sa demi-finale, il faudra que Camille contrôle la puissance de Gohar en étant assez tôt sur ses balles pour ne pas défendre mal. Il faut stopper la machine à parpaings ! » L'image est frappante.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi