Stéphane Roche sur les centres de l'OL et du PSG : « Deux grandes écoles de vie, de sport »

Corentin Tolisso et Alexandre Lacazette, deux joueurs que Stéphane Roche a vu passer dans les équipes de jeunes de l'OL. (A. Martin/L'Équipe)

Responsable du centre de formation de l'OL de 2011 à 2017, puis coach des moins de 19 ans du PSG de 2019 à 2021, Stéphane Roche pointe les différences entre les deux académies.

Stéphane Roche (51 ans), désormais directeur du centre de formation de Dijon, est passé par les centres de l'OL et du PSG. Il décrit les points communs et ce qui dissocie les deux clubs.

lire aussi
OL-PSG, balle aux centres

« En quoi le joueur formé à Lyon est-il différent de celui façonné au PSG ?
Lyon a toujours été dans une volonté de former à travers une dimension un peu collective, au service du jeu de l'équipe. Après, les individualités se mettent en évidence. Tolisso, Fekir, Ferri, Njie, Gonalons ou Lacazette étaient de très bons joueurs mais n'étaient pas considérés comme Ben Arfa ou Martial, faits pour le très haut niveau. Si le jeu lyonnais au cours de la formation va être tourné vers une maîtrise collective, la formation parisienne a une capacité à faire exprimer du talent individuel, ce qui est aussi propre à l'équipe pro du PSG.

Et sur le plan mental ?
Les joueurs parisiens ont un fort mental, les Lyonnais aussi. Après, dans le scénario des matches, du fait de leurs parcours un peu différents, peut-être que le joueur lyonnais va être plus résistant sur la durée. En revanche, le Parisien va être bien plus vite en confiance dans l'approche des matches. Mais, face à l'imprévu, il rencontrera un peu plus de turbulences, sera moins capable de gérer certaines situations.

lire aussi
L'OL aime tellement ces soirées-là

Y a-t-il une différence de philosophie entre les deux clubs ?
La formation d'un joueur est complexe, il peut y avoir beaucoup de turbulences. Il s'agit de donner la meilleure éducation sportive, de fournir les meilleurs repères éducatifs, de créer de l'attachement au club, ce que tout le monde s'efforce de faire. Après, c'est une question de détails, d'ouverture et de connexion entre les pros et la formation. À Paris, des places se sont ouvertes cet été, alors qu'aucun jeune Lyonnais ne s'en est allé. C'est une question de choix stratégiques de la part du club et de l'environnement du joueur.

Peut-on résumer en disant que Lyon fait jouer ses jeunes au haut niveau avant de les vendre, alors que Paris les vend avant de les faire jouer ?
Lors de certaines périodes, le PSG a réussi à faire jouer un peu plus de joueurs formés. Quant à Lyon, ça dépend plus ou moins des périodes. Peut-être que vous résumez ce qui se passe en ce moment, en effet. Mais ce sont deux grandes écoles de vie, de sport. Surtout, il y a un transfert générationnel. Kimpembe a joué ce rôle-là, malgré tout ; à Lyon, Tolisso et Lacazette sont revenus pour tenir le rôle de grands frères auprès des jeunes qui arrivent. C'est très important de maintenir ce lien, c'est ce qui permet de retrouver en permanence une génération et d'être dans la passation. »

lire aussi
Toute l'actu du PSG