Le Stade Français « ne digère pas » ses trois revers contre le Racing

·2 min de lecture

Ce mercredi, en conférence de presse, les Parisiens ont répété leur frustration après la triple défaite contre le rival du Racing. Ils espèrent renouer avec la victoire contre Pau, samedi, à l'occasion de la 23e journée d'un Top 14 où ils n'ont plus grand-chose à jouer.

Après l'humiliation du 3 avril à Nanterre (53-20), les Parisiens n'ont pas réussi à prendre leur revanche en Coupe d'Europe, subissant deux nouveaux revers (9-22 et 33-22). Éliminé sur la scène continentale, onzième en Championnat, le Stade Français se retrouve dans la situation bien fade de celui qui n'a plus rien à jouer, alors qu'il reste encore six semaines avant les vacances.

Comment se projeter vers les quatre derniers matches de la saison avec entrain ? C'est la question délicate que doivent maintenant se poser les joueurs de la capitale. « On ne digère pas ces trois défaites contre le Racing, peste Laurent Sempéré, l'entraîneur des avants. La recette, c'est de ne jamais les digérer. On a maintenant l'opportunité de remonter en selle. C'est plus dur quand on sort d'une série de défaite, mais il faut vite faire tourner cette spirale négative. »

Une dernière défaite plus encourageante

Pour la réception de Pau samedi (14h15), le Stade Français pourra s'appuyer sur sa performance plutôt positive à l'Arena dimanche, malgré la défaite. « Il y avait du mieux sur le dernier match en termes d'envie et d'intensité », apprécie le talonneur Laurent Panis. « Il y a beaucoup de positif à retenir de cette rencontre, poursuit l'arrière tongien Telusa Veainu. Mais on n'a pas été assez bon pour gagner... »

Le climat autour du club n'aide pas forcément à voir le printemps parisien avec optimisme. La récente sortie du président-propriétaire Hans-Peter Wild, très critique vis-à-vis de certains joueurs et membres du staff dans un entretien à L'Équipe, a été remarquée.

Laurent Sempéré, entraîneur des avants du Stade Français

« C'est le président, il a le droit de s'exprimer. Je n'ai pas à commenter ses déclarations. Malgré tout ce que l'on peut lire, il y a une équipe de mecs qui ne se sont pas lâchés. »

Comment les protagonistes ont-ils pris les propos du proprio ? « Je l'ai pris, se contente Sempéré. C'est le président, il a le droit de s'exprimer. Je n'ai pas à commenter ses déclarations. Malgré tout ce que l'on peut lire, il y a une équipe de mecs qui ne se sont pas lâchés. On a toujours eu cette unité, et comptez sur moi pour la garder jusqu'à la fin. »

Focus sur les quatre prochains matches

« Il y a beaucoup de choses qui sont dites sur nous dans les journaux ou sur les réseaux, de manière plus acerbe. Il ne faut pas trop les regarder, rester dans notre bulle, assure Panis. On reste soudés, on ne va lâcher personne. On est tous dans le même bateau. Des joueurs qui ont été ciblés nous ont fait gagner des matches en début de saison. » Comme le talonneur Tolu Latu, vivement critiqué par Wild pour son indiscipline (6 cartons jaunes et 2 rouges cette saison) et son « problème extrasportif avec l'alcool ».

Après la Section Paloise, le Stade Français se déplacera deux fois à Clermont puis La Rochelle, avant l'ultime réception de Brive. D'ici là, Sempéré jure que le club ne se projettera pas sur la saison 2022-2023. « Penser trop vite à l'an prochain, ce serait manquer de respect aux gens qui font l'équipe aujourd'hui, même si les résultats ne sont pas ceux espérés, estime-t-il. Il faut se respecter jusqu'au bout. C'est pour ça que les déclarations, les petites piques, je ne suis pas très adeptes de ça. »

lire aussi

Calendrier et résultats du Top 14

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles