Le stade de Lille rebaptisé Decathlon Arena Stade Pierre-Mauroy

Le stade de la métropole de Lille, ici photographié en 207 est officiellement rebaptisé
Le stade de la métropole de Lille, ici photographié en 207 est officiellement rebaptisé

Le stade de la métropole de Lille, ici photographié en 207 est officiellement rebaptisé "Decathlon Arena Stade Pierre-Mauroy". (Photo: AFP)

STADES - Après Marseille, Lyon, Bordeaux ou encore Nice, c’est au tour de Lille de céder aux sirènes du “naming” en France. Le principal stade de la métropole européenne de Lille sera prochainement rebaptisé “Decathlon Arena Stade Pierre-Mauroy”. L’enceinte se trouve à Villeneuve-d’Ascq où évolue le Losc en Ligue 1 et accueille de nombreux événements sportifs ou culturels avec son toit amovible.

Selon une délibération votée le vendredi 24 juin en conseil métropolitain, l’enseigne nordiste d’articles de sport et de loisirs devient le “partenaire officiel” du stade lillois “pour une durée de cinq ans renouvelables, contre le versement d’une redevance de 1.200.000 euros” annuels hors taxes, soit “six millions d’euros renouvelables”.

Pas de marque pour certains “grands évènements”

“Le Stade Pierre-Mauroy reste l’appellation d’usage” et le contrat prévoit “l’obligation” de maintien du nom du prédécesseur de Martine Aubry à la mairie de Lille, a précisé le vice-président chargé de la Jeunesse et des sports, Éric Skyronka, peu avant ce vote. Lors de certains “grands évènements”, notamment la Coupe du monde de rugby ou les Jeux olympiques, la marque nordiste devra d’ailleurs s’effacer, a-t-il ajouté.

“En tant qu’acteur incontournable de l’économie et de l’emploi (5.200 collaborateurs) sur le territoire de la métropole, Decathlon est un partenaire évident pour la Mel”, se réjouit la métropole dans un communiqué.

“Apposer notre nom au stade emblématique Pierre-Mauroy est un choix de cœur, qui marque notre attachement envers notre territoire d’origine”, écrit aussi dans ce communiqué le directeur général de Decathlon France, Arnaud Gauquelin.

La Mel était en recherche d’un partenaire pour le stade depuis le désengagement en 2019 du sponsor principal depuis 2013, le Crédit Mutuel, qui versait 1,4 million d’euros par an.  Les montants sont cette fois inférieurs car avant l’intérêt manifesté par Decathlon, la métropole ne “trouvait personne”, une difficulté “rencontrée par nombre de stades”, selon le président de la Mel Damien Castelain.

Pour 2020, la Mel a dépensé 11,5 millions d’euros en charge nette pour le stade.  “Les recettes du naming proposé sont trois fois inférieures à l’illusoire plan de financement initial”, a regretté lors du débat métropolitain Maroin Al Dandachi (EELV), dénonçant le modèle économique “toxique” du partenariat public-privé, et précisant que son groupe voterait contre.

De nombreux stades français ont déjà cédé aux sirènes du naming pour engranger des revenus supplémentaires, comme le Groupama Stadium à Lyon (5,5 millions d’euros annuels selon la presse, un montant non confirmé), l’Orange-Vélodrome (2,45 millions d’euros par an), ou encore l’Allianz Riviera à Nice ou le Matmut Atlantique à Bordeaux.

À voir également sur Le HuffPost: Au PSG, Kylian Mbappé ne veut pas être capitaine, ni “aller au-delà” de son rôle de joueur

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles