Stade Toulousain : le blues de Florian Fritz

Le trois-quarts centre du Stade Toulousain Florian Fritz est apparu marqué ce mardi, en conférence de presse. Avant d’affronter le Munster samedi en quarts de finale de Coupe d’Europe, il semble affecté par la situation de son club et alerte ses coéquipiers sur ce qui les attend à Limerick.

Il est arrivé avec les stigmates du match à Bordeaux. Un œil droit entouré de bleu, une pommette égratignée… Le guerrier d’Ernest-Wallon, Florian Fritz, traînait comme une forme de lassitude à l’heure d’évoquer le déplacement de samedi au Munster d’un Stade Toulousain exsangue. « Il faudra beaucoup plus de choses que ce qu’on fait actuellement. Parce que sans manquer de respect à Bordeaux, loin de là puisqu’on y a perdu ce week-end, le Munster, c’est un calibre au-dessus encore. Donc si on n’arrive pas à élever notre niveau de jeu, notre niveau d’exigence, sur la discipline, l’impact, on ne pourra rien espérer faire là-bas. » 

A voir aussi >> Top 14: le finish de l’UBB a eu raison de Toulouse

C’est d’ailleurs à Limerick que Toulouse a vécu son dernier quart de finale dans cette compétition. Un cinglant 47 à 23 encaissé, six essais dans la musette, des vagues rouges et un public de Thomond Park aux anges. Distancés en Top 14, les Toulousains vont être à l’épreuve du feu. Fritz, treize saisons de rang sous le maillot rouge et noir, le sait. Et ses coéquipiers ? « En ce début de semaine, je n’ai pas l’impression qu’on se rende encore trop compte de ce qui nous attend là-bas » lâche-t-il, avant d’ajouter, interrogé sur son inquiétude palpable : « Ça m’inquiète ? Oui… (long soupir) mais après, ça va monter petit à petit. Le match de Bordeaux...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages