Stan Wawrinka force la porte des demi-finales à Metz

Stan Wawrinka force la porte des demi-finales à Metz

Au-dessus de son adversaire, le Suédois Mikael Ymer, pendant un peu plus d'un set, vendredi, en quarts de finale du Moselle Open, Stan Wawrinka a ensuite dû puiser profondément pour s'en sortir en près de trois heures (6-4, 4-6, 7-6).

L'aventure aurait pu s'arrêter en quarts de finale qu'il en aurait déjà tiré beaucoup de positif, mais Stan Wawrinka a décidé de pousser le bouchon encore un peu plus loin, vendredi soir, à Metz, en allant chercher au finish sa place en demi-finales du Moselle Open, face au Suédois Mikael Ymer, 100e à l'ATP (6-4, 4-6, 7-6 en 2h49).

lire aussi

Le tableau de Metz

Le voilà dans un dernier carré du circuit principal de l'ATP pour la première fois depuis janvier 2020, à Doha. C'était dans le monde d'avant le Covid. Une éternité. Il a dû se battre contre son adversaire, qui vaut beaucoup mieux que son classement (la semaine dernière, en Coupe Davis, Mikael Ymer a battu Diego Schwartzman et Jannik Sinner) et contre son propre physique, qui a bel et bien l'âge de son passeport (37 ans).

Assuré de réintégrer le top 200, pour commencer

Massé durant trois minutes par le soigneur de l'ATP en haut de la cuisse gauche peu avant la fin du deuxième set, il était évident que les muscles tiraient, que les contractures arrivaient et que le temps du Suisse était compté. Surtout quand il a fait face à trois balles de break consécutives, à 1-0 au troisième set pour le Suédois. Mais Wawrinka, qui enchaînait parfois les fautes en longueur, avait encore de la réserve.

Il a mené 4-2, s'est fait rejoindre, est passé à deux points de la défaite mais a conclu sur un superbe passing de coup droit gagnant, long de ligne. Comme un symbole de ce coup en particulier, qui avait été particulièrement perforant pendant la majeure partie du match.

Stan Wawrinka

« J'ai l'impression de jouer à la maison. »

« Le plaisir était là durant toute la partie, jura Wawrinka, 284e cette semaine et issu des qualifications mais déjà assuré de retrouver le top 200 lundi. Bien sûr il y a de la fatigue, physique et mentale, et il y a aussi eu pas mal de fautes, mais dans l'ensemble c'était quand même un niveau très relevé et je suis super content d'avoir gagné ce tie-break. C'est une super victoire, en plus avec un grand soutien du public. J'ai l'impression de jouer à la maison. »

Puisque tous les Français ont été éliminés à Metz, il devrait se sentir encore plus comme chez lui, samedi, au moment de défier, en demi-finales, le vainqueur du dernier quart, entre le Kazakh Alexander Bublik (44e) et le Danois Holger Rune (31e). Mais dans quel état physique se trouvera-t-il, après cinq matches en six jours ?

lire aussi

Toute l'actualité du tennis