Les stats et les records de la saison MotoGP en 5 actes

Léna Buffa

Dans chaque section ci-dessous, cliquez sur les flèches pour passer d'une photo à l'autre.

Un palmarès renouvelé et pourtant dominé par Márquez

Trois hommes se détachent tout particulièrement au palmarès de cette saison, ceux que l'on a le plus vu partager la première ligne (cinq fois) ou le podium (trois fois) : Márquez, Viñales et Quartararo.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce
<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Au cumul des séances d'essais libres et de warm-up, ils ont été dix à signer des meilleurs temps au cours de la saison, avec un net avantage pour Márquez (35% des meilleurs temps), Quartararo (26%) et Viñales (18%).

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Seuls trois pilotes se sont qualifiés en pole position : Márquez (10), Quartararo (6) et Viñales (3). Comme chaque année depuis son arrivée en MotoGP, en 2013, le #93 a remporté le BMW Award, le classement récompensant les performances en qualifications. Viennent après lui Quartararo et Viñales, en toute logique.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Cette saison a connu cinq vainqueurs différents en MotoGP, certains confirmés (Dovizioso, Márquez, Viñales), d'autres auteurs de leur(s) premier(s) succès (Rins, Petrucci), et ce sur quatre marques différentes (Honda, Ducati, Yamaha et Suzuki).

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Les meilleurs temps en course ont été signés par sept pilotes différents. Marc Márquez s'en est approprié 12. Les autres ont été établis par Quartararo (2), Miller, Rins, Dovizioso, Viñales et Rossi (1).

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Sur l'ensemble de la saison, ils ont été neuf à boucler au moins un tour en tête, mais c'est bien Márquez qui a dominé cet exercice de très loin, lui qui n'a manqué la place de leader qu'une seule fois (en Malaisie). À lui seul, il a été leader de 264 tours, soit plus du double de l'an dernier (128) et un total de 56,9% sur les tours qui ont été parcourus en course. Viennent ensuite Quartararo (73 tours), Viñales (49) et Dovizioso (33).

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

À sept reprises, le vainqueur a bouclé tous les tours de la course en tête. Maverick Viñales y est parvenu en Malaisie, et c'est Marc Márquez qui a réalisé cette prouesse le reste du temps : en Argentine, en Espagne, en Allemagne, en République Tchèque, en Aragón et au Japon.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Parmi les 18 pilotes qui ne faisaient pas leurs débuts en MotoGP cette saison, sept ont connu leur meilleure saison dans la catégorie : Márquez, Dovizioso, Rins, Petrucci, Miller, Morbidelli et Nakagami.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Retenons particulièrement Jack Miller, qui s'est qualifié quatre fois en première ligne et qui est monté cinq fois sur le podium, deux records pour lui en MotoGP. Pour la première fois aussi, il s'est classé dans le top 10 du championnat.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Pour sa part, Andrea Dovizioso est devenu le dixième pilote à atteindre le cap des 100 podiums, le tout en ayant disputées 313 courses consécutivement sans jamais avoir manqué à l'appel depuis ses débuts, effectués au Grand Prix d'Italie 2001. Il est aussi désormais le troisième pilote ayant marqué le plus de points en catégorie reine : il en compte 2421. Devant lui se trouvent encore Dani Pedrosa (2970) et Valentino Rossi (5305).

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

On a également pu voir KTM poursuivre sa progression cette année, pour la troisième saison de son programme. Si le meilleur résultat de la marque en course reste le podium obtenu l'an dernier à Valence, pour la première fois une RC16 s'est qualifiée dans le top 5 (avec Pol Espargaró à Austin), puis troisième (avec Johann Zarco à Brno) et deuxième (avec Pol Espargaró à Misano).

Lire aussi :

Márquez, champion sur les traces de Rossi et Agostini

L'émergence d'un nouveau talent

Âgé de 19 ans à son arrivée, Fabio Quartararo s'est vite imposé comme la révélation de la saison, en obtenant sa première pole position dès son quatrième Grand Prix, puis en se battant régulièrement pour le podium et la victoire. Voici ses réalisations au cours de la saison.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Débutant en MotoGP, Fabio Quartararo a signé six pole positions cette saison. Seul Marc Márquez a fait mieux durant sa première année en MotoGP, avec neuf poles à son actif.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Sa première pole est intervenue à Jerez, quatrième manche de la saison. Il était alors âgé de 20 ans et 14 jours, si bien qu'il a battu le record du poleman le plus jeune, établi par Márquez en 2013 à 20 ans et 62 jours.

<span class="copyright">MotoGP </span>
MotoGP

MotoGP

Le jeune Niçois est déjà le pilote français qui détient le plus grand nombre de pole positions dans la catégorie reine, à égalité avec Christian Sarron.

<span class="copyright">MotoGP </span>
MotoGP

MotoGP

C'est la première fois qu'un pilote Yamaha a signé au moins six pole positions au cours de la saison, depuis Jorge Lorenzo en 2012. Si l'on étend aux départs de la première ligne, il est curieux de noter que Quartararo en a obtenu 13 cette année, et que les trois autres pilotes Yamaha en ont signé 15 à eux trois.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Quartararo ne s'est pas arrêté là et en course aussi il a brillé. Il a signé sept podiums au cours de cette saison, deux troisièmes places et cinq deuxièmes places. En MotoGP, seuls Dani Pedrosa (huit podiums en 2006) et Marc Márquez (16 podiums en 2013) ont fait mieux pendant leur saison de rookie, tous deux au guidon d'une moto officielle au contraire du pilote français.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Sans surprise au vu de son palmarès de la saison, Quartararo a ainsi été assuré du titre de Rookie de l'année : il est le troisième Français à y parvenir après Sylvain Guintoli (2007) et Johann Zarco (2017). Il a également été le meilleur parmi les pilotes indépendants.

<span class="copyright">Camille De Bastiani</span>
Camille De Bastiani

Camille De Bastiani

En comparaison des meilleurs rookies qu'a connus le MotoGP, Fabio Quartararo s'est octroyé une place de choix, seule la victoire lui ayant manqué pour parfaire son palmarès déjà glorieux de cette année 2019.

Lire aussi :

Quartararo "pas encore prêt" à contrer Márquez sur toutes les courses

Márquez au plus haut

Personne n'avait été titré aussi tôt en MotoGP depuis 2005 ! Márquez n'a commis qu'un seul faux-pas et a écrasé cette saison le reste du temps en allant conquérir son sixième titre en sept ans.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

En 19 courses, Marc Márquez s'est classé 18 fois à l'une des deux premières places. Cela lui a permis d'établir un nouveau record de points marqués en une saison (420) et son record personnel de podiums en un an. Sachant qu'il en a même signé 15 de suite, c'est à tout point de vue du jamais vu dans sa carrière en Grand Prix.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Márquez n'ayant abandonné qu'une fois, il est aussi celui qui a bouclé le plus de tours en course (452). Rapporté aux courses dont il a pris le départ, celui lui fait un taux de 97,4% de tours bouclés.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Cet abandon était son premier à Austin, ses six autres participations s'étant toutes soldées par des victoires. Toutes catégories confondues, c'est aussi la première fois depuis le GP d'Indianapolis 2011 qu'il a échoué sur le sol américain, ce qui correspond à une série de 12 victoires, désormais interrompue.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Le pilote espagnol a signé quatre hat tricks (pole, victoire, meilleur tour) : en Argentine, en Allemagne, en Aragón et au Japon. Lors de ces quatre courses, il a même bouclé tous les tours en tête, réalisant un carton plein qu'il n'avait plus connu depuis 2016.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Il n'a manqué le top 5 sur la grille de départ qu'une seule fois, lorsqu'il s'est qualifié 11e en Malaisie. Il a surtout signé dix pole positions, sur un total de 16 qualifications en première ligne. Cela égale son meilleur score en termes de premières lignes, alors que le record en MotoGP est à 17, établi par Jorge Lorenzo en 2010.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Il a notamment signé la première pole position de sa carrière MotoGP à Motegi, seule piste qui lui échappait dans cet exercice depuis qu'il a rejoint la catégorie en 2013. En catégorie reine, il a donc décroché la pole sur 20 circuits différents, seulement un de moins que Valentino Rossi et quatre de moins que Mick Doohan.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Avec 56 victoires à son palmarès en catégorie reine, Márquez a dépassé Doohan au nombre de succès et se trouve au troisième rang de l'Histoire, derrière Rossi (89 victoires en catégorie reine) et Agostini (68). Il est aussi, de fait, devenu le pilote Honda le plus victorieux en 500cc/MotoGP. Toutes catégories confondues, Márquez en est à 82 victoires, uniquement devancé par Nieto (90), Rossi (115) et Agostini (122).

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Quant aux podiums, il en a 95 à son actif en catégorie reine. Il a ainsi dépassé Agostini et égalé Doohan au quatrième rang de l'Histoire, derrière Pedrosa (112), Lorenzo (114) et Rossi (198).

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Márquez s'est par ailleurs emparé du record du nombre de pole positions en catégorie reine : il en compte 62 et devance Doohan (58).

Lire aussi :

Marc Márquez, Champion titré le plus tôt depuis 2005

Lorenzo et Rossi au plus bas

Les deux autres Champions du monde MotoGP engagés sur cette saison ont connu des fortunes totalement opposées à celle de Márquez.

<span class="copyright">Yamaha MotoGP</span>
Yamaha MotoGP

Yamaha MotoGP

Valentino Rossi n'a plus gagné depuis le GP des Pays-Bas 2017, soit 46 courses dont il a pris le départ… Cela ne s'invente pas !

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Avec la septième place au championnat, il a égalé son plus faible classement en catégorie reine. Il n'a fait moins bien que lors de sa première saison en 125cc, en 1996.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

En termes de points, le #46 n'a fait moins bien en catégorie reine que lors de ses deux saisons chez Ducati, ainsi que, toutes catégories confondues, lors de sa première campagne en 125cc.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Rossi a abandonné quatre fois sur chute. Il faut remonter aux saisons 1998 (en 250cc) et 1996 (en 125cc) pour trouver trace d'un plus grand nombre d'abandons pour le #46, en l'occurrence cinq. Plus généralement, abandonner trois fois de suite est une première pour lui depuis 2011, et il s'agissait déjà de trois chutes.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Ce fut encore plus compliqué pour Jorge Lorenzo, qui n'a marqué que 28 points cette saison. Durant ses 11 saisons précédentes en MotoGP, sa moyenne était de 261 points par championnat…

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Toutes catégories confondues, il faut remonter à sa première saison, en 125cc, pour trouver trace d'un plus faible nombre de points et d'un plus faible classement que sa 19e place au championnat. Cette saison 2002 était aussi, jusqu'à aujourd'hui, la seule durant laquelle il n'avait obtenu ni pole position ni victoire ni podium.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Jamais qualifié plus haut que la huitième place, Lorenzo a égalé sa plus faible position sur une grille de départ MotoGP en se plaçant 21e sur celle de Silverstone. En course, il n'est jamais entré dans le top 10.

Voir aussi :

15 moments marquants dans la carrière de Lorenzo

Limites repoussées pour les records de vitesse

Pour la 18e saison du MotoGP, de nouveaux records, parfois spectaculaires, ont été établis.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Dès le premier Grand Prix de la saison, au Qatar, le nouveau record du top 15 le plus serré en MotoGP a été établi, avec un écart de seulement 15"093.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Un nouveau record de vitesse de pointe a été établi sur sept circuits au cours de la saison, cinq fois par Ducati et deux fois par Honda. La référence absolue enregistrée dans le cadre d'un Grand Prix a notamment été battue avec une vitesse de pointe de 356,7 km/h obtenue au Mugello et à mettre à l'actif de la Ducati d'Andrea Dovizioso.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Le record absolu du meilleur tour a également été battu neuf fois, soit quasiment sur un Grand Prix sur deux. Quartararo y est parvenu quatre fois et Márquez cinq.

<span class="copyright">MotoGP </span>
MotoGP

MotoGP

En course, le meilleur temps a été battu sept fois : une fois par Rossi (Sepang), une fois par Dovizioso (Red Bull Ring) et les autres par Márquez (Jerez, Sachsenring, Silverstone, Buriram et Valence). C'était la première fois que Rossi établissait un meilleur temps en course depuis le GP de France 2016.

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Plusieurs courses ont battu leur record de durée, avec des gains spectaculaires : Red Bull Ring (gain de 5"917), Austin (6"503), Sepang (17"740), Buriram (19"499), Jerez (30"993) et Silverstone (33"161). On peut y ajouter une nouvelle référence à Valence, dont la distance a été modifiée en 2018 mais n'avait pas été parcourue en intégralité lors de cette édition pour cause de mauvais temps.

<span class="copyright">Suzuki MotoGP</span>
Suzuki MotoGP

Suzuki MotoGP

Deux courses sont entrées dans le top 10 des arrivées les plus serrées de la catégorie reine : le GP du Qatar avec 0"023 entre Dovizioso et Márquez, et le GP de Grande-Bretagne avec 0"013 séparant Rins et Márquez. La course de Silverstone représente la quatrième arrivée la plus serrée de l'Histoire en catégorie reine, et la deuxième depuis la création du MotoGP derrière le duel Elías-Rossi à Estoril en 2006 (2 millièmes d'écart).

<span class="copyright">Gold and Goose / Motorsport Images</span>
Gold and Goose / Motorsport Images

Gold and Goose / Motorsport Images

Avec une vitesse moyenne au tour passée à 182,7 km/h, Buriram est devenue la deuxième piste la plus rapide du calendrier au détriment de Phillip Island (182,1 km/h), et devant Silverstone qui a grimpé au quatrième rang avec une nouvelle moyenne de 179,7 km/h. La plus rapide reste le Red Bull Ring avec une moyenne record repoussée cette année à 187,2 km/h.

Voir aussi :

Les pilotes MotoGP ayant atteint les 350 km/h

 

À lire aussi